Accueil Présentation Lieux 900 photos Cartes - Gravures Thèmes Personnages


Département de la Martinique en 1883

Retour présentation de l'Atlas    page de garde des cartes de Vuillemin    Retour présentation de l'Atlas

Carte de la Martinique
L'Atlas de Vuillemin



POPULATION     159,200 hab                                               SUPERFICIE    98,782 hect.
Chef-lieu : FORT-DE-FRANCE, à 7,000 k. O. de Paris

 

DIVISION   ADMINISTRATIVE

Cette île forme un gouvernement colonial. — Conseil général (30 membres) élu pour cinq ans par le suffrage universel. Le commandement et la haute administration appartiennent à un Gouverneur, qui a sous ses ordres 3 chefs de service: l'Ordonnateur (marine, trésor et travaux publics), le Directeur de l'intérieur (budget local et intérieur), et le Procureur général (Justice). Les 3 chefs de service ainsi que 3 conseillers, nommés par la Métropole et choisis parmi les notables, forment le conseil privé, présidé par le Gouverneur. 3 arrondissements, 31 communes, administrés par des maires et adjoints nommés par le Gouverneur et des conseils municipaux. — Cour d'appel à Fort-de-France; 2 cours d'assises: 2 tribunaux de 1ère instance; 14 justices de paix, — Forces militaires de 7 à 800 hommes, non compris l'artillerie et un corps de gendarmerie d'environ 60 hommes. — Station navale. — Fort-de-France est le siège de l'Évêché.

 

2 ARRONDISS
Bourgs et Cantons
FORT-DE-FRANCE
15,000 h.

Fort-de-France, Le Lamentin, La Rivière-Salée, Le Petit-Bourg, Les Trois-llots, Le Diamant, Sainte-Lucie, Le Marin, Sainte-Anne, Vauclin, Le François.

SAINT-PIERRE
32,000 h.
Le Gros-Morne, La Trinité, Sainte-Marie, Le Marigot, La Basse-Pointe, Le Prêcheur, Saint-Pierre, Le Carbet.

 


ABRÉGÉ HISTORIQUE

C'est en 1493 que l'île de la Martinique fut découverte par Christophe Colomb; mais le premier établissement ne date que de 1625. A cette époque, le gouverneur français de S.-Christophe, M. d'Ernambuc, en prit possession au nom de la Compagnie des îles de l'Amérique. Les Caraïbes combattirent plusieurs années pour la défense de leur territoire; en 1664, à peine en restait-il quelques-uns. Lorsque la Compagnie vendit l'exercice de son privilège (1651), M. Duparquet, son sénéchal à la Martinique, acheta cette dernière île, avec Ste-Lucie et la Grenade, pour la somme de 60,000 livres; il en devint possesseur absolu sans cesser pourtant de reconnaître l'autorité du roi (1661). Après sa mort, le gouverneur métropolitain racheta la Martinique seule, au prix de 120,000 livres, et céda ses droits à la Compagnie des Indes.
A dater de 1675, la Martinique fut définitivement réunie à l'Etat. Dès lors, grâce à son heureuse situation, elle devint le chef-lieu et le marché général des Antilles françaises. Durant plus d'un siècle, la Guadeloupe et les autres lies de l'archipel demeurèrent dans sa dépendance. Les guerres de 1744 et de 1756 obérèrent la colonie de dettes, en portant tous ses capitaux vers l'armement des corsaires, et en faisant négliger les cultures. En 1762, les Anglais s'en rendirent maîtres et la gardèrent jusqu'en 1763; le traité de Versailles nous la fit restituer, mais il leur réserva l'île de la Dominique, abandon qui eut de fâcheuses conséquences pour le commerce de la Martinique.
La révolution de 1780 eut un contre-coup funeste à la prospérité de l'Ile: des divisions s'élevèrent entre les colons et les noirs. Les Anglais en profitèrent pour envahir la Martinique, malgré le courage du général Rochambeau (1794); la domination étrangère, interrompue par la paix d'Amiens (1802), reparut encore de 1809 jusqu'en 1814. Le traité de Vienne nous rendit enfin ce joyau de nos colonies d'Amérique.

 

BIOGRAPHIE

L'impératrice des Français, la femme bien-aimée de Napoléon, Joséphine Tascher de la Pagerie; les généraux Alexandre Beauharnais, dont elle était veuve, et Pélage; le littérateur d'Avrigny, de l'Académie française.


STATISTIQUE

TOPOGRAPHIE. — La colonie française de la Martinique est une île de l'archipel des Antilles entre le 14 et le 14°52' de lat. N. et le 63°6' de long. O. Elle est située dans l'océan Atlantique et se rattache physiquement au continent américain. — Ile volcanique, couverte par deux massifs montagneux. Points culmin.: la Mont. Pelée, 1,350 m.; le Carbet, 1,207 m.; la Soufrière, 710 m. On appelle pitons les hauteurs qui ont une forme conique, et mornes, celles produites par les laves et couvertes de forêts. Côtes à pic en plusieurs endroits, surtout au N. et à l'O., d'un accès difficile â cause des immenses bancs de roches madréporiques. Les principaux enfoncements de l'île sont les baies de S.-Pierre, du Fort-Royal, du Marin, des Anglais, de la Trinité, du Galion, du Robert, du Français, du Vauclin. — Bassin de l'Océan. Riv. princip.: Pilote, Salée, Lamentin, Monsieur, Madame (navig. ); Capot, Lorrain, Sainte-Marie, Galoin, Manche, Lézard, Case-Navire. Presque toutes, profondément encaissées, forment de dangereux torrents pendant la saison des pluies. — Climat chaud et malsain; fièvres jaunes; tempér. moyenne. Humid. excess. en automne surtout. Vents alizés des Antilles; deux brises régul.; l'une, de mer, souffle le jour; et l'autre, de terre, souffle la nuit. Tremblem. de terre, ras de marée, ouragans fréquents et terribles. Les montagnes qui forment le centre de la Martinique sont entourées de forêts presque impénétrables qui occupent environ le quart de l'île.

PRODUCTIONS. — Sol aride et pierreux au N. -O., gras, fort et argileux au S. et au N. -E.; ailleurs, composé de débris volcaniques et assez fertile. Les cultures représentent environ 20,000 h., et les savanes 19,000 h. Pays entièrem. agricole. Plantes alimentaires: le manioc, la banane, l'igname, le chou caraïbe, le fruit de l'arbre à pain et le maïs; céréales et fruits insuffis. Les fruits sont ceux du climat: la banane, l'ananas, la mangue, la sapotille, l'orange, la pomme cannelle, etc.; industrie agricole en progrès, surtout pour la culture de la canne à sucre (canne d'O-Taïti et canne jaune de Java), qui produit anuellem. près do 38 millions de kilog.; le caféier, introduit en 1723, s'est multiplié rapidem.; mais, tombé en défaveur aujourd'hui, il rapporte actuellement une moyenne de 220, 000 kilog. On peu de coton et de cacao; girofle, cannelle, casse, indigo, tabac pour la consomm. de l'île. Exploit, assez importante du bois de campêche. — Bois, 18, 122 hect, magnifiques forêts presque impénétr. Terres incultes, 10, 000 hect. Plusieurs sources d'eaux minérales.

INDUSTRIE ET COMMERCE
. — L'Industrie n'a d'importance que dans son application à la culture et à la préparation des denrées coloniales, et surtout du sucre. Ies indigoteries, chau-fourneries et poteries sont les princip. fabriques. La plup. des ouvriers sont hommes de couleur. — Le commerce exporte en France principalement, sucre brut, cacao, café, casse, bois de teinture, mélasse, vanille, rhum, tafia, cuivre, liqueurs, girofle, indigo. Valeur totale des exportat.: 28 millions. Les articles importés sont boeufs, chevaux, mulets, viande salée, morue, chandelles, farine de froment, maïs, huile d'olive, tabac, parfumeries, vins, eau-de-vie, poteries, verreries, toiles, lainages, soierie, coton, peaux ouvrées, bijouterie, mercerie, etc. Valeur totale des import.: 32 millions. Les deux tiers du commerce étranger se font avec les États-Unis. Les navires nationaux et étrangers peuvent importer dans l'Ile toute espèce de produits étrangers, mais seulement par les ports du Fort-Royal, de S.-Pierre, de la Trinité et du Marin — Marine de l'Ile: 80 bâtiments.

INSTRUCTION PUBLIQUE. — 3 Établ. second, libres. — 60 Ecoles prim. — 1 Bibl. publ. à Fort-de-France



VILLES   PRINCIPALES

FORT-DE-FRANCE, sur la mer, siège du Gouvernement. Port excellent, bordé de quais plantés d'arbres. Hues larges et tirées au cordeau; maisons bien bâties. On remarque l'Église paroissiale, l'Hôtel du gouvernement, les Casernes, l'Arsenal, les magasins de la Marine, de jolies fontaines, la promenade des Savanes, etc.
SAINT-PIERRE, port, la ville la plus importante des Antilles françaises par sa position et son commerce. Elle est divisée en deux paroisses bien distinctes: le Mouillage, quartier affecté aux affaires, et le Fort, où l'on remarque, parmi les édifices, l'Hôtel des Douanes, le Trésor, le Théâtre, l'Eglise, etc. Les rues nombreuses sont toutes pavées: des ruisseaux d'eau vive et abondante y entretiennent la fraîcheur.
Citons encore: Le Lamentin, le plus gros bourg de l'Ile, situé sur le canal du même nom. Quoique malsain à cause des marais et des mangles qui l'environnent, il est avantageusement placé, et il s'y fait un grand commerce de détail. — Le Marin, avec un bon port, au fond d'une baie. — La Trinité, un phare, très-élevé, placé au haut d'une tour blanche, au sommet du mont Caracoli, porte ses feux à deux milles et un quart.
L'ILE SAINT-BARTHELEMY, rétrocédée en 1877 à la France, après un plébiscite unanime, sa superficie est d'environ 34,580 hect, et sa population compte 2,374 habitants.

 

VARIÉTÉS

« II appartient au pinceau de Callot de retracer les scènes burlesques qu'offre le marché du Lamentin, où les nègres se rendent en foule de tous les quartiers de L'île. Comment faire connaître le nègre vigoureux des hauteurs de Ste-Marie, de La Trinité ou du Gros-Morne, arrivant au bourg du Lamentin, portant sur sa tête une charge si forte qu'elle paraît incroyable, et composée de végétaux de son jardin ? Comment reproduire la joie qu'il éprouve à la vente de ses fruits et de ses Légumes dont le produit doit servir à Lui procurer cet inimitable madras, convoité depuis Longtemps par l'objet de ses désirs ? Comment peindre ces jeunes négresses, arrivant chargées de bananes, d'ignames, d'ananas, et ayant dans leur bourse quelques gains illégitimes qui, grossis par le produit de la vente, payeront Les grains de verre et les ornements grossiers dont elles se parent ? Comment donner une idée de cette mulâtresse marchande, qui, pressée par ses créanciers, offre à moitié prix Les objets qu'elle a achetés à crédit à St-Pierre ? Et cette mistive aux yeux noirs, aux regards langoureux, qui a dérobé furtivement la farine de sucre et le sirop qu'elle étale? Et ce planteur laborieux qui a livré quelques sucres à l'insu de son commissionnaire, afin de se procurer l'argent nécessaire à l'acquisition des vivres de son atelier ? »

LES CARAIBES. — Ces premiers habitants des Antilles étaient hardis, forts, belliqueux, chasseurs infatigables, pêcheurs habiles. Ils avaient La peau d'un jaune clair tirant sur le bistre, les yeux noirs, petits, les dents blanches et bien rangées, les cheveux noirs, plats et luisants, mais point de barbe ni de poil sur le corps; leur physionomie était triste. Quoique de taille moyenne, ils étaient vigoureux et bien constitués. Pour se garantir des insectes, ils s'enduisaient de rocou. Ils n'étaient soumis à aucune autorité, n'avaient aucune forme de gouvernement et vivaient égaux entre eux. Chaque famille habitait un hameau appelé carbet où le plus ancien commandait. Leur courage était féroce et leur caractère vindicatif; la guerre était leur état naturel; ils dévoraient les cadavres de leurs ennemis et de Leurs prisonniers. Ils appelaient hamac leurs lits suspendus, et ourracan les fréquentes tempêtes du tropique. La polygamie était en usage parmi eux. Les Caraïbes qui avaient échappé aux massacres des Espagnols furent réunis par les Anglais dans l'île St-Vincent en 1764.

 

Fort-de-France en 1883
Fort-de-France

 

 

Cette version de l'Ile de la Martinique est agrandissable par zoom, mais non enregistrable

 

 

 

Haut de page

 

Le contenu de cette page est disponible pour toute utilisation personnelle et/ou dans le cadre d'enseignement
droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

 

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail