Accueil Présentation Lieux 900 photos Cartes - Gravures Thèmes Personnages


Département de la Mayenne en 1883

Retour présentation de l'Atlas    page de garde des cartes de Vuillemin    Retour présentation de l'Atlas

Carte du département de la Mayenne en 1883 - reproduction © Norbert Pousseur
L'Atlas de Vuillemin


POPULATION......351,933 hab. SUPERFICIE......517,063 hect.

Chef-lieu : LAVAL, à 281 k. O.-S.-O. de Paris.

 

DIVISION ADMINISTRATIVE

Avant 1790, ce départ. faisait partie du Maine (Bas-Maine) et de l'Anjou. — Cour d'Angers et Académie de Rennes. — 4e Corps d'armée (Le Mans). — 15e arrondissement forestier d'Alençon. — Diocèse de Laval érigé en 1855.

3 ARRONDISS.
 
27 CANTONS
276 COMM.
POPUL.
de l'arrondt.

LAVAL
27,107 h.
 
9 Argentré, Chailland, Evron, Laval (2), Loiron, Meslay, Montsurs,
Sainte-Suzanne.
91 
123,897
CHATEAU-GONTIER
7,2186 h.
6 Bierné, Château-Gontier, Cossé-le-Vivien, Craon, Grez-en-Bouère,
Saint-Aignan-sur-Roé.
73
74,533
MAYENNE
10,008 h. 
12 Ambrières, Bais, Couptrain, Ernée, Goron, le Horps, Landivy, Lassay, Mayenne (2), Pré-en-Pail, Villaine-la-juhel.
112
153,503


ABREGE  HISTORIQUE

Les Diablintes, tribu de la confédération des Aulergues, occupaient le bas Maine au moment de la conquête romaine. Ils furent attribués à la 3e Lyonnaise. Les vestiges innombrables de la civilisation romaine qui se retrouvent tous les jours à Jublains, camp, théâtre, temple, aqueducs, attestent la splendeur de leur ancienne capitale Neodunum. Dès 460, ils acceptèrent la domination franke; ce fut Regnomer, chef mérovingien, qui les gouverna. Charles le Chauve donna à Robert le Fort toutes les provinces entre Seine et Loire pour les défendre contre les Normands, la grande terreur d'alors (863). Le vaillant duc de France succomba dans la lutte, non loin de Segré. Son petit-fils inféoda le Maine au comte Hugues, à la seule charge de l'hommage. Les successeurs de Hugues furent Herbert éveille-Chien, Hugues II, Herbert II et Gautier (955-1062).
A cette dernière date s'arrête la transmission héréditaire de la province. Elle était devenue la proie des ducs normands, qui la firent passer dans le domaine anglais. Le Maine, impatient de ce joug, se révoltait sans cesse. « Dans l'espace de trois années, il subit six maîtres, qui, les uns et les autres, s'arrogèrent par le fer et le feu une courte puissance. » Les sires de Laval se montrèrent toujours disposés à seconder l'insurrection permanente contre les Anglais. En 1189, ce fut le tour de Philippe-Auguste. Après avoir conquis le pays sur Henri II, il le restitua à Richard Cœur de Lion et le reprit à Jean sans Terre, convaincu du meurtre d'Arthur de Bretagne (1204). Cette fois, le retour à l'état fut définitif. Mais le régime des grands vassaux n'était pas arrivé à son terme : saint Louis donna le Maine à son frère Charles, tige de la 2e maison d'Anjou (1246). A partir de ce moment, et pendant deux siècles et demi, soit comme fief unique, soit comme annexe de l'Anjou, il fut possédé par des princes du sang royal, jusqu'au moment où Charles IV, roi de Naples et de Sicile, comte du Maine, institua Louis XI son légataire universel (1480). Cependant les Anglais avaient recouvré le Maine après le traité de Brétigny. Dépossédés par Du Guesclin, ils revinrent une dernière fois en 1417, et, sous les ordres de Salisbury, ils reprirent possession de Laval, Mayenne et Château-Gontier. Henri VI les rappela (1443), lorsqu'il épousa Marguerite d'Anjou; puis il se repentit d'avoir si vite abandonné le Maine, cette clef de la Normandie; mais le roi de France ne lui laissa pas le temps de rompre le traité de cession (1448). A la fin du XVIe siècle, le Bas-Maine fut de nouveau saccagé par les Anglais, qui étaient venus au secours de Henri IV. Les habitants de Laval se firent décimer au port de Raingeard, en 1593. Ce pays est un de ceux qui tinrent le plus longtemps pour la Ligue et où le protestantisme fit le moins de progrès. Le Cornu du Plessis, commandant des châteaux de Craon et de Montjean (près Laval), ne fit sa soumission qu'en 1598.
Laval fut deux fois traversé par l'armée vendéenne; la Rochejacquelein y fit frapper 900,000 livres tournois de bons hypothéqués sur le trésor royal, afin d'approvisionner les 30,000 hommes qui le suivaient. La persécution des prêtres et la mort de Louis XVI firent éclater, dans le Bas-Maine, cette guerre de partisans connue sous le nom de Chouannerie (1793), dont la durée s'est prolongée jusqu'en l'an VIII, malgré les manœuvres habiles du capitaine alsacien OElher, connu sous le nom de Grand-Pierrot. Cette lutte des Bleus et des Blancs armait souvent les membres d'une même famille les uns contre les autres.

 


BIOGRAPHIE

Parmi les hommes célèbres de ce dép., nous citerons : Ambroise de Loré, grand capitaine, qui a contribué à chasser les Anglais de France au xve siècle; Ambroise Paré, le créateur de la chirurgie en France; l'historien, Garnier, continuateur de Velly ; le voyageur Pyrard; P. Rivault, littérateur; les médecins Barbeu, Bigot, Touvri; René de Chasseboeuf, connu sous le nom de Volney, savant philologue, né à Craon ; M. de Cheverus, le digne évêque de Montauban; un peintre de talent, Ch. Landelle, etc.


STATISTIQUES

TOPOGRAPHIE. — Le dép. de la Mayenne est méditerrané; il est situé au N.-O, entre47°45' et 48°33'de lat. N. Bornes: Manche, Orne, Sarthe, Maine-et-Loire, Île-et-Vilaine, Loire-Infér. Il tire son nom de la Mayenne, riv. qui le traverse du N.-E. au S. — Sol entrecoupé de croupes et de monticules alternant avec d'étroites vallées, arrosé par 1,461 cours d'eau. Le point le plus culminant est à 417 mètres. — Bassin de la Loire. Riv. princip. : Mayenne, Vicoin (navig.); Colmont, Ernée, Oudon, Aron, Jouanne,Erve. étangs assez nombr. — Climat tempéré, assez sain, mais humide. — 10 routes nat.; 19 départ.; 56 chemins de grande communication; 24 d'intérêt commun; 1,100 chem. vicinaux.

PRODUCTIONS. — Sols dominants : riche terreau, argileux, pierreux, sablonneux, gravier, bruyères, 24,000 h. Sol en général fertile. — Pays agricole et manufacturier; agriculture en progrès. Récolte surabondante en céréales; beauc. de lin et de fruits à cidre, pommes de terre (800,000 hectol.). Vins communs; les plus estimés sont ceux de Saint-Denis d'Anjou. élève étendue: chevaux estimés ; bonnes espèces de gros bétail; volailles et abeilles en grande quantité. — Bois, 26,379 h.; vignes, 129 h. — Exploitat. minérale: fer, anthracite, houille, marbres, pierre à chaux, manganèse, ardoises, pierres de taille (produit annuel: 2,000,000 de fr.). 5 sources ferrugineuses.

INDUSTRIE ET COMMERCE. — L'industrie a pour branche répandue dans le dép. et fort estimée le tissage des toiles, cotons et autres tissus de fil, autrefois considérable et remplacé aujourd'hui en partie par la fabricat. des cotons et des cotonnades. Viennent ensuite les usines à fer, de nombr. fours à chaux pour les besoins de l'agriculture, les marbreries, les papeteries, les distilleries. — Le commerce exporte grains, bestiaux, bois, toiles et autres prod. fabriqués. — 215 foires.

INSTRUCTION PUBLIQUE. — 1 Lycée. 2 Collèges. 2 établ. second. libres. 1 école normale d'instit. 1 Cours préparat. d'institutr. 7 Pensionn. prim. écoles prim. : 238 de garçons, 238 de filles, 58 mixtes. 2 Sémin. 2 Bibliothèques publiques. 2 Sociétés savantes.


VILLES  PRINCIPALES

LAVAL (Lavallis), ancien chef-lieu d'un comté-pairie érigé en 1429, aujourd. chef-lieu du département, n'a conservé de son ancienne physionomie qu'un donjon du XIIe siècle, une porte gothique, dite Beucheresse, un pont ogival du XIIIe siècle et quelques rues tortueuses. La Mayenne, qui partage la ville en deux parties égales, coule entre de beaux quais de granit. Parmi les mon. remarquables nous citerons: le Palais de Justice, l'hôtel de l'évêché, le grand Séminaire, l'église romane d'Avesnières et le Viaduc du chem. de fer de l'Ouest, dont on admire les proport. et la hardiesse.
CHATEAU-GONTIER (Castrum Gonterium), chef-lieu de l'arrondissem. le plus fertile de la Mayenne, fut fondé vers 1007 par Foulques Nerra, comte d'Anjou. Le marquisat de ce nom fut érigé en 1647, en faveur de Nicolas de Bailleul, président au Parlement de Paris. Les Promenades (dites du Bout-du-Monde), qui s'étendent sur le penchant d'un coteau, servant d'assise à la ville, lui donnent un aspect riant.
MAYENNE (Meduana), ancien chef-lieu d'un duché-pairie érigé en 1573, en faveur de Charles de Lorraine, n'offre rien de bien curieux. On a récemment construit deux beaux ponts reliés par des quais. Les restes de l'ancien château servent aujourd'hui de prison. Cette ville doit sa maison commune à Mazarin. La Mayenne, qui commence là à être navigable, y coule entre deux coteaux assez escarpés; aussi les rues même principales sont-elles d'un accès difficile.

Citons encore : évron, ancienne baronnie. Belle église gothique, ville manufacturière. — Craon, ancienne baronnie. Château majestueux du XIIIe siècle dans une situation admirable, sur les bords de l'Oudon. Belle église Saint-Nicolas. — Ernée, etc.

 


VARIÉTÉS

« Le caractère des Bas-Manceaux n'est pas sans analogie avec celui des Bretons ; leur activité se porte plus volontiers vers les travaux de l'agriculture que vers les entreprises industrielles.
« La possession d'un certain nombre de métairies équivaut pour eux à un titre de noblesse ; on retrouve dans les rapports du propriétaire et du fermier quelques-unes des mœurs d'autrefois ; un métayer qui s'entretient avec le propriétaire des terres qu'il fait valoir ne l'appelle pas autrement que notre maître.
« Le mode d'exploitation le plus répandu est le métayage ou fermage à moitié.
« Les colons habitent tous au centre même de leurs terres. On croit que cet isolement contribue à perpétuer les idées superstitieuses dans les populations rurales. Ceux qui veulent se faire passer pour sorciers rencontrent encore beaucoup de crédules.»

 

 

Gravure de la ville de Laval, en 1883 - reproduction © Norbert Pousseur
Laval en 1883

 

Cette version de carte de la Mayenne est agrandissable par zoom, mais non enregistrable

 

 

Haut de page

Le contenu de cette page est disponible pour toute utilisation personnelle et/ou dans le cadre d'enseignement
droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

 

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail