Accueil Présentation Lieux 900 photos Cartes - Gravures Thèmes Personnages


 

Les villes à travers les documents anciens

 

Audenarde (Oudenaarde) et son histoire ancienne

 

Audenarde en Belgique par William Barlett - reproduction © Norbert Pousseur
Hôtel de ville d''Audenarde, par William Henry Barlett
in Vues de la Hollande et de la Belgique par N G Van Kampen, éd. 1836
Stadhuis te Audenaarden

 

Extrait de l'ouvrage "Mélanges d'une très grande bibliothèque
De la lecture de livres françois, ... imprimés au seizième siècle"
d'Antoine-René de Voyer, marquis de Paulmy, édition 1786, (collection personnelle)

Texte en vieux françois retranscrit en français moderne avec correction de certains noms propres
Il s'agit donc d'analyse, transcription, résumés... de livres imprimés entre 1500 et 1600, (mais avec des commentaires allant jusqu'en 1780....
)

Oudenaarde est la cinquième ville de la Flandre Autrichienne ; on prétend qu’elle fut bâtie par les Goths, lors de leur irruption en 411. Depuis elle n'a cesse d’être fortifiée, d'abord comme simple château, ensuite comme ville : elle est située dans une vallée ; mais à cent pas de ses fosses, est une montagne (chose assez rare dans ce pays) d’où l'on découvre la ville, et d’où elle peut être incommodée.

Oudenaarde a été autrefois fameuse par ses tapisseries de haute-lice. L'Escaut la sépare en deux parties, dont chacune a sa paroisse ; la première, dédiée à Sainte Walburge, a un Curé et quatre Vicaires, qui portaient autrefois tous les quatre le nom de Curés. Les Protestants révoltés ayant pillé la ville en 1572, tuèrent le Grand-Bailli, prirent les quatre Curés et les noyèrent dans l'Escaut. Depuis ce temps, ils sont honorés dans Oudenaarde comme Martyrs. La seconde paroisse est appelée Pamèle ; c'est le nom d'une des parties de la ville, qui a ses Seigneurs particuliers. II y a dans la ville un collège, ci-devant occupé par les Jésuites, des couvents de Récollets et de Capucins, des Sœurs noires et grises, un beau couvent d'Hospitalières, qui sont toutes de noble extraction ; et dans la partie de Pamèle, l’abbaye de Magdendaël, Ordre de Cîteaux, établie en 1233, par Arnoud Baron de Pamèle.

L’hôtel de ville est un monument gothique, mais d’une belle structure, où s’assemble le Magistrat, qui gouverne la par­tie de la ville, qui est du domaine du Souverain des Pays-Bas. Ce Magistrat est composé d’un Grand-Bailli, d’un Bourgmestre, huit Echevins et trois Conseillers Pensionnaires. La partie de Pamèle a son Magistrat à part, dépendant du Baron de ce nom. Cette baronnie a longtemps  appartenu à une ancienne et illustre famille, qui n'avait pas d’autre nom que Pamèle. Ses héritiers ou successeurs ont pris le nom d’Oudenaarde. L’ancien château est entre les deux villes, sur le bord de l’Escaut.

Marguerite d’Autriche, qui fut Duchesse de Parme et Gouvernante des Pays-Bas, naquit a Oudenaarde en 1521. Elle était fille naturelle de l’Empereur Charles-Quint. Son fils, Alexandre Farnèse, se distingua dans les Pays-Bas même au service du Roi Philippe II. Il eut bien de la peine à reprendre la patrie de sa mère, occupée par les rebelles Flamands et les Huguenots Français. Il n’en vint à bout qu’après trois mois de siège, et ne sauva la ville du pillage qu’en considération  de la Duchesse Marguerite.
Pendant le cours du 17e siècle, elle a été plusieurs fois prise et reprise ; en 1658, par Gaston Duc d’Orléans, et rendue à la paix des Pyrénées ; en 1667, par Louis XlV, qui la retint en vertu du Traité d’Aix-la-Chapelle. En 1674, le Prince d’Orange voulut l’assiéger ; mais le Prince de Condé ayant gagné sur lui la bataille de Senef, il fut obligé de lever le siège. Elle fut restituée, au Roi d'Espagne par le Traité de Nimègue, en 1678. En 1684, elle fut bombardée et très endommagée par 1e Maréchal d’Humières ; mais il ne put la prendre ; les dedans en ont été depuis très  bien rétablis. Elle se rendit encore aux armes de Louis XV en 1745, et elle a été rendue par la paix d’Aix-la-Chapelle en 1748.

Les fortifications n’en sont pas bien considérables ;  mais elle peut être inondée de manière que les eaux en défendent les approches. En 1708, le Prince, Eugène et le Duc de Marlborough gagnèrent près d’Oudenaarde une bataille contre les Français, commandés par le Duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XlV, et le Duc de Vendôme.

Dans l’étendue de la châtellenie d'Oudenaarde, qui comprend vingt-deux villages, sont deux abbayes, dont l’une, qui s’appelle Enhaëm, est sur l'Escaut, à une lieue de la ville ; elle est habitée par des Religieux Bénédictins, qui font preuve de noblesse. Elle fut fondée, en 1063, par le Comte Baudouin de Lille. La seconde, nommée Peteghem, fut fondée, en 1286, par Isabelle de Namur, femme du Comte Guy de Dampierre ; elle est habitée par des Religieuses Claristes-Urbanistes.

 

 

Pour voir les détails de l'Hôtel de ville d'Audernade (ou Oudenaarde),
utilisez la fonction zoom.

 

 

 

 

Les textes ont été transcrits du vieux françois en français courant,
et les gravures ont été corrigées des défauts d'impression et de vieillissement.
Tout le contenu de la page est donc sous Copyright,
Mais est librement utilisable pour tout projet pédagogique non commercial.

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail