Accueil Présentation Lieux 900 photos Cartes - Gravures Thèmes Personnages


 

Les villes à travers les documents anciens

 

Huy et son histoire ancienne

 

Huy en Belgique par William Barlett - reproduction © Norbert Pousseur
Huy sur la Meuse, par William Henry Barlett
in Vues de la Hollande et de la Belgique par N G Van Kampen, éd. 1836
Huy an de Maas

 

Extrait de l'ouvrage "Mélanges d'une très grande bibliothèque
De la lecture de livres françois, ... imprimés au seizième siècle"
d'Antoine-René de Voyer, marquis de Paulmy, édition 1786, (collection personnelle)

Texte en vieux françois retranscrit en français moderne avec correction de certains noms propres
Il s'agit donc d'analyse, transcription, résumés... de livres imprimés entre 1500 et 1600, (mais avec des commentaires allant jusqu'en 1780....
)


On regarde la ville d'Huy comme la troisième du pays ; elle est sur la Meuse, entre Namur et Liège. On prétend qu’elle fut fondée, dès le second siècle de notre Ère, par l’Empereur Antonin ; mais elle n'est considérable et redoutable que depuis l'an 1508 : elle fut fortifiée par ordre du Cardinal Erard de la Marck. Dans les dix-septième et dix-huitième siècles, on y a encore ajouté de nouvelles fortifications. Comme elle est coupée en deux par la Meuse, elle appartient à deux contrées différentes ; une moitié est de la Hasbaye, et l’autre du Condroz. Un ruisseau, nommé Huilloux, se jette dans la Meuse ; et on prétend que c’est ce qui lui a fait donner le nom d’Huy. La principale église a, dit-on, été fondée par Saint Materne ; mais elle est remarquable surtout parce qu’on y conserve les reliques de Saint Domitien, un des premiers Évêques de Liège. Ce fut en considération de ces reliques, que Charlemagne y établit un Chapitre collégial, qui subsiste encore. Huy avait autrefois ses Comtes particuliers : deux ont été canonisés ; l’un est Saint Mengold, et l’autre Saint Ansfrid : ce dernier ayant été élu Évêque d’Utrecht, donna son Comté à l’évêché de Liège. Au onzième siècle, cette église fut brûlée, et rebâtie par Théoduin, Évêque de Liège, qui y fut enterré en 1075 ; c'est la même que l’on y voit encore aujourd’hui.

Outre la collégiale, il y a quatorze paroisses ; et l’on y en compte encore jusqu’à dix-huit, sept couvents d’hommes, huit de filles, et deux hôpitaux. Outre l’abbaye de Religieuses Bénédictines, qui est dans la ville, il y a dans les faubourgs celle de Neufmoutier, de Chanoines réguliers, que l’on prétend avoir été fondée par le fameux Pierre l’Hermite, qui conduisit les premières Croisés à la Terre Sainte : on sait que cette expédition fut malheureuse. On prétend que Pierre l'Hermite  vint mourir à Huy en 1115, et l’on retrouva son corps entier dans son tombeau en 1242. On lui éleva un mausolée dans cette abbaye ; d’ailleurs il n’est pas canonisé.

C’est à Huy qu’est le chef-lieu d’un Ordre que l’on appelle les Croisiers. Il fut fondé en 1109, et approuvé par le Pape Innocent III. Il y a une trentaine de couvents dans les Pays-Bas, et en Allemagne. Huy a été plusieurs fois pris et repris depuis 1595 jusqu’en 1705, alternativement, par les François, les Espagnols et les Hollandais.

 

Pour voir les détails de la ville de Huy,
utilisez la fonction zoom, après avoir cliqué sur chacune d'elles

 

 

 

 

Les textes ont été transcrits du vieux françois en français courant,
et les gravures ont été corrigées des défauts d'impression et de vieillissement.
Tout le contenu de la page est donc sous Copyright

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail