Accueil Présentation Lieux 900 photos Cartes - Gravures Thèmes Personnages


 

Les villes à travers les documents anciens

Page de garde de L'Univers de Jules Janin - reproduction © Norbert Pousseur

Burgos vers 1840

 

Burgos - reproduction © Norbert Pousseur
Burgos derrière ses remparts, gravure non signée vers 1840

 

Texte et gravure
extraits de l'ouvrage "L'Univers - collection des vues les plus pittoresques du globe" de Jules Janin - édition ~1840

A peine nous eûmes le temps de voir Vittoria et Burgos, tant la diligence est un mauvais moyen de voyager par curiosité ; mais, d’après l’état actuel des routes, un étranger dans sa voiture serait sûr d’être pillé.
Cependant nous voulûmes fouler au moins ce sol espagnol. Des paysans, des bourgeois, chacun dans le costume de leur état, étaient couchés à ne rien faire sur la place publique. Les maisons des gentilshommes se faisaient remarquer par un double écusson sculpté en relief. L’énorme dimension de ces armoiries atteste la noblesse et l’orgueil du maître; on traiterait comme un acte déshonorant la vente de cette espèce de propriété.
Nous obtînmes à grand’peine une demi-heure pour entrevoir la cathédrale de Burgos, ouvrage de plusieurs siècles, de plusieurs styles, mais dont l’ensemble est d’un bel effet.

Cette ville qui fut longtemps le séjour des rois, est d’un aspect original. Je me souviendrai toujours de ces portes gothiques, tout hérissées de figures sculptées et couvertes d’inscriptions, que le conducteur de la diligence, qu’on appelle en ce pays le mayoral, ne laisse pas à ses victimes le temps de déchiffrer. On voit aussi, près de la rivière, les statues de plusieurs grands hommes, parmi lesquels on distingue le Cid; enfin l’architecture de la cathédrale est frappante. C'est le soir que nous traversâmes Burgos; il faisait beau après de longs jours de pluie glacée connue il n’en tombe qu’en ce pays, toute la ville était réunie sur la promenade; c’est là que j’aperçus les premiers moines.

La ville de Burgos est remplie d’ornements et d’églises; la cathédrale est remarquable par la délicatesse de son architecture gothique et par l’élégance de ces nombreuses petites flèches qui, de toutes les parties de l’édifice, s’élèvent les unes au-dessus des autres. Demandez à voir au premier Espagnol flâneur, et ils le sont tous, les restes de la maison du Cid, et il vous les montrera en fredonnant quelques-uns des romanceros. Burgos contient encore, entre autres ruines dignes de respect, l’arc de Fernand Gonzale, et l’arc Sainte-Marie, porte triomphale par laquelle on entre dans la ville en traversant le Rio Arlunzo. Hors des murs, sur une agreste colline, s’élève un vieux château à demi renversé par les boulets français ; là aussi on vous montre le tombeau du Cid et quelques restes du palais d’Alphonse-le-Sage, ce roi philosophe et astronome, l’honneur de l’Espagne policée et savante : mais le moyen de voir en si grande hâte, même des ruines !

Nous passions par Burgos un jour de fête. La cathédrale était remplie de lumières, de prières et d’encens ; je vis la foule saluer quelques religieux, et ceux-ci ne rendaient que rarement le salut qu’on leur faisait. Ils se promenaient dans la ville comme des seigneurs châtelains dans leurs domaines; leur gravité frappante, quand on les compare aux prêtres italiens, ne m’inspirait qu’un respect mêlé de colère ; ce dernier sentiment est obligé. On vient de France, on a entendu parler des abus du jésuitisme, on voit les hommes qui les professent, on ne veut pas être moins généreux qu’un journaliste, on s’indigne par respect humain et par philanthropie. Je m’indignais donc à l’aspect des moines, je pensais à l’ignorance, à la misère des peuples qu’ils sont chargés d’instruire, et dont ils devraient améliorer le sort. Pourtant à de tels maîtres, les sujets s’attachent : c’est que, n’en déplaise aux enfants du siècle, la pauvreté n’est pas le plus grand des maux ; c’est qu’aussi, au temps jadis, l’obéissance religieuse avait été regardée comme le plus noble principe du gouvernement.
Une longue habitude fait tout pardonner, tout supporter, hors ce qui avilit; et certes l’Espagnol n’est point humilié quand c’est à la conscience, à ce qu’il y a de plus libre dans l’homme, qu’on demande la docilité du citoyen ; il ignore ce dont on le prive, mais il sait ce qu’il est lui-même, et il en jouit avec orgueil.
Je me livrais à ces réflexions en sortant de Burgos, et en contemplant les campagnes désertes de la Vieille-Castille. Ces plaines inégales ont la grandeur de la mer agitée. Les montagnes qui en interrompent les lignes prolongées, s’élèvent à l’horizon comme des écueils au milieu de l’Océan. Les immenses troupeaux de mérinos qui les parcourent ressemblent à des flots d’écume balancés par le vent. Ces paysages ont quelque rapport avec la campagne de Rome, mais ils sont moins poétiques.

Nous arrivâmes ainsi au bout de la plaine, et nous devions franchir le lendemain un des défilés de la chaîne de Guadarrama, celui de Somo-Sierra, fameux par les désastres des Français et les cruautés des Espagnols. Le temps était menaçant, et nous avions trente lieues à faire avant d'arriver auprès de ce redoutable passage: il exige toujours trois heures ; mais notre conducteur craignait les dangers et les difficultés qu’on y rencontre ordinairement dans cette saison, les jours de mauvais temps. Nous nous couchâmes avec la perspective d’une journée pire de beaucoup que celle que nous venions de passer ; nous tombions de fatigue, et je dormais assez pour sentir la souffrance du réveil à une heure du matin. Avec la diligence par laquelle nous voyagions, on arrive ordinairement vers dix heures du soir, et l’on se remet en route à minuit, et quel horrible temps ! il neigeait, il grêlait, il ventait depuis le matin ; les éléments paraissaient déchaînés, et je m’enfonçai dans mon manteau en pensant au chemin qu’il me restait à faire.




Pour voir le détail des monuments de Burgos vers 1840,
utilisez la fonction zoom

 

 

Pour d'autres vues du même ouvrage allez sur sa page de présentation

 

 

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail