Accueil Présentation Lieux 900 photos Cartes - Gravures Thèmes Personnages


 

Les villes à travers les documents anciens

Page de garde de L'Univers de Jules Janin - reproduction © Norbert Pousseur

Vérone, ses églises et ses palais vers 1840

 

Vérone depuis les hauteurs - reproduction © Norbert Pousseur
Vue générale de Naples et du Vésuve, gravure non signée vers 1840

 

Texte et gravure
extraits de l'ouvrage "L'Univers - collection des vues les plus pittoresques du globe" de Jules Janin - édition ~1840

Vieille cité parmi les vieilles cités italiennes, imposante parmi les plus imposantes, elle se souvient du Dante tout comme si elle s’appelait Florence, et Shakespeare en a parlé dans son plus beau drame. Elle a été le siège d’une république, elle a abrité une cour brillante, elle a eu un palais sur lequel s’est exercé Giotto, l’ami intime du Dante, le contemporain de Michel-Ange. Dante a placé Vérone dans ses vers; c’est que Vérone l’intelligente et la poétique offrit un asile au poète exilé.

Tu lascerai ogni cosa di letta
Più caramente, e questo è quello strade
Che l’arco dell’ esilio pria saetta,
etc.

« Il faudra dire adieu à tout ce que tu aimes ; voilà la première cruauté de l’exil ! — Il te faudra manger le pain si dur de l’exil ! — Mais cependant ton premier séjour et ton premier refuge, tu le trouveras à la cour du généreux Lombard, qui a pour armes le saint oiseau sur une échelle d’or. »

Et maintenant, ce grand bruit de Vérone a fait place au silence, ce mouvement poétique s’est arrêté ; plus d'amours, plus de fêtes, plus de puissance, plus de princes souverains, plus de grands poètes, plus de bouffons remplis de verve, de malice et de dures vérités : Vérone est un grand cimetière, tout comme Bologne. Dans ce champ de repos sont enterrés, sous le marbre et sous le bronze, les seigneurs de Vérone ; chacun d’eux semble sortir du cercueil, et il attend sur son cheval la résurrection universelle. Apprenez l’histoire de tous ces vainqueurs ; cette histoire est remplie de meurtres, de poisons, de fratricides.—Tristes tombeaux ! Mais cependant sous ces vieux cyprès, entendez-vous chanter l'alouette matinale ? entendez- vous soupirer le rossignol ? c’est l’alouette, c’est le rossignol éternels qui ont réveillé Roméo dans la couche de Juliette. Leur frais concert dure encore, que toute cette poésie s’est enlevée depuis bien des siècles. Tendres oiseaux, ils se sont donné rendez-vous sur la tombe des deux époux !

Une autre ruine non moins poétique, mais grande encore, c’est l’amphithéâtre de Vérone. Il embrasse un immense espace qu'il remplit de sa solitude et de son silence. Qui donc a élevé ces gradins superbes sur ces blocs de granit ? On croirait à quelque formidable travail de l’Égypte, quand l’Égypte s’amusait à dresser ses obélisques. Dans les cavités de ce monument que vous croyez désert, niche et se cache tout le peuple de Vérone. Là ils vivent, là ils meurent, là ils font leurs petits et ils les élèvent. Quand la nuit est venue, une vaste forge projette au fond de l’amphithéâtre sa flamme immense mêlée de bruit et d’étincelles; et qui cependant voudrait nous rendre toutes les émotions soulevées à cette place, il y a des siècles?
Cette Vérone, belle encore dans ses ruines, a été bâtie presque en entier par un seul homme qui était un grand architecte; cet homme s’appelait Michel, il est le contemporain de Vitruve: c’est lui qui a élevé les palais, les portiques, les tombeaux, les prisons, il avait entouré la ville de remparts qu’on eût dit bâtis par Léonard de Vinci lui-même. Ce grand artiste Michel a trouvé le moyen de fonder sa gloire, au milieu des monuments sans nombre de l’ancienne Vérone. Et quels monuments pittoresques et singuliers ! Cathédrales gothiques, du haut en bas sculptées et chargées de griffons, de prophètes, de guerriers, de statues en tout genre : le tombeau de Pépin, roi d’Italie, fils de Charlemagne, la formidable effigie de Roland armé de son épée Durandad, les héros valeureux de la table ronde, non loin des saints de la légende, et au-dessus de la porte de la cathédrale, porte admirable, la fille aînée des portes de Ghiberthi Bertrade, la mère de Charlemagne, sa femme et sa fille Ermengarde, quand elles ont eu changé leurs noms mortels contre ces noms immortels, la Foi, la Charité, l'Espérance.— Que si vous cherchez les morts illustres, dans cette ville funèbre, les morts illustres ne manqueront pas. Ici repose un pape chassé de Rome; Jules Apollonius et sa femme, Attica Valéria, et plus loin François Bianchini, le plus savant homme de l’Italie au siècle passé ; et le poète Lorenzi, mort en 1828, et Léonard Montagna, mort en 1485. Mais levez la tête ! où sommes- nous ? nous sommes dans l’église de Saint-Jean in fonte, en présence de la Sainte Hélène de Brusasorci, un chef-d’œuvre. Dans cette Eglise est venu Dante, au mois de janvier 1320, et devant une assemblée nombreuse, le poète exilé, redevenu le plus savant théologien de son siècle, soutint une thèse de. duobus elementis terne et aquœ. Il venait à cette place, le noble proscrit, pour prouver à tout venant quel était cet homme que rejetait Florence, et à qui Florence avait dit : Interdico aqud et igni, et vous pensez quelle amertume devait contenir le discours du proscrit, se voyant, lui, exposé à faire ses preuves dans cette assemblée d’étrangers !

Toutes ces villes d’Italie sont ainsi faites qu’à chaque pas vous tombez, presque malgré vous, sur un de ces souvenirs solennels auxquels nul ne résiste ; voici, par exemple, à Vérone la maison des Scaligers devenue un couvent d’ermites ; là est enseveli Renaud de Villefranche, un ami de Pétrarque, à côté du tombeau de Frascator.
Mais le plus magnifique tombeau dans cette ville de tombeaux, c’est le mausolée des Turiani à San Como. Là sont couchés non pas des princes, non pas des poètes, mais tout simplement de savants médecins de Padoue, de Ferrare et de Pavie. L’un de ces Turiani enseigna l’anatomie à Léonard de Vinci lui-même. Un peu plus loin, un modeste tombeau porte le nom d’Alighieri ; c’est le dernier rejeton du Dante. A l’église Saint-Sébastien, on admire le Saint Sébastien de Messinali et le maître-autel d’André Pozzi. A l’église de Sainte-Marie est enseveli Maffei, le poète de Vérone, son historien et son antiquaire, à qui Voltaire a emprunté sa Mérope.— Saint-Nazaire est la plus riche église de Vérone; dans les grottes qui l’entourent, se réfugiaient les premiers chrétiens. — Sainte-Marie in organo est la plus belle église; là se montre le Guerchin dans toute sa puissance : là on a transporté de Rome le tombeau d’Auguste; mais le moyen d’énumérer tous ces chefs-d’œuvre épars ?

Dans une bibliothèque de Vérone (entrez-y avec respect !) Pétrarque découvrit, vous pensez avec quelle sainte ardeur, les Lettres familières de Cicéron, dont la copie, entièrement de sa main, est un des ornements de la bibliothèque de Florence. — Les palais sont encore plus nombreux que les églises : le palais Conassia, bâti par un évêque normand, et l’un des plus beaux palais de l’Italie ; — le palais Bevilacqua qui a contenu jadis le Pan, le Bacchus, la Livie, le Caracalla, marbres sans prix que la conquête avait transportés de Vérone à Paris, et que se sont partagés nos vainqueurs ; le palais Ridolfî, décoré du grand tableau de Félix Brusasorci : La Cavalcade du pape Clément Fil et de Charles-Quint à Bologne. Mais encore une fois le moyen de tout compter ?
Verone, cette ruine, a joué cependant un rôle dans l’histoire de France, cette histoire vivante et vivace. Elle a abrité un instant les derniers restes de la maison de Bourbon. Dans ses murs Louis XVIII s’est proclamé lui-même, et très à l’avance, roi de France et de Navarre. Plus tard les politiques de l’Europe, fatigués de bataille, se sont réunis à Vérone pour arranger une paix qui a été durable. Dernièrement enfin, M. de Chateaubriand, vient d’attacher le nom de Vérone à un des plus beaux chapitres de cette histoire d'outre-tombe que le monde n’ose pas désirer.

Pour voir les quelques scènes des personnages sur les hauteurs de Vérone,
utilisez la fonction zoom

 

 

Pour d'autres vues du même ouvrage allez sur sa page de présentation

 

 

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail