Accueil Présentation Lieux 900 photos Cartes - Gravures Thèmes Personnages


 

Les villes à travers les documents anciens

Page de garde de La Bretagne de JJ Potel - reproduction © Norbert Pousseur

Malestroit, son église et le canal de Bretagne, vers 1840

 

L'église de Malestroit - reproduction © Norbert Pousseur
L'église Magdeleine de Malestroit vers 1840, gravure de Jérôme Jean Potel

 

Texte et gravure
extraits de l'ouvrage "La Bretagne de Jérôme Jean Potel - édition 1844

Malestroit est une petite ville du Morbihan, située sur l’Oust, rivière aujourd’hui navigable, qui forme une partie du grand canal de Nantes à Brest.
Plusieurs de ses maisons gothiques sont décorées de sculptures dans le style du Moyen-âge ; sur l’une, entre autres, l’on voit un animal qui joue de la cornemuse, instrument que dans le pays on appelle biniou.

La chapelle de la Magdeleine possède des vitraux très remarquables, qui représentent la Magdeleine dans le costume des comtesses du temps. Dans cette chapelle abandonnée, une cloche fêlée sonne maintenant le glas des morts.

Notre dessin représente l’église de Saint-Gilles, dont les vitraux ne méritent pas d’être cités.
A la gauche de son portail méridional se trouve une ronde bosse, en granit, presque de grandeur naturelle, qui représente le bœuf de Saint-Gilles. Un cavalier monté sur un lion, dont il ouvre la gueule, fait pendant de l’autre côté. Au-dessous, on voit une petite figure très originale : elle tient un baril dont elle paraît aspirer la liqueur. — Les bas-reliefs de la porte sont des sculptures de mérite. L’Annonciation de la Vierge est surtout remarquable par la délicatesse du travail de la principale figure.

Un pont jeté sur l’Oust sépare les deux églises, qui, toutes deux, appartenaient autrefois à des prieurés : la première était attachée au prieuré de la Magdeleine, dépendant de l’abbaye de Sainl-Gildas-de-Rhuis ; la seconde était une propriété de l’abbaye de Marmoutiers, de l’ordre de Saint-Benoist.

On voyait à Malestroit, avant la Révolution, un hôpital dit de la Charité, un couvent d’Augustins, un autre d’Ursulines.
Les murs, aujourd’hui en ruine, furent construits en 1465. En 1589, le duc de Mercœur fit raser une partie des fortifications : les royalistes les réparèrent ; mais, deux années plus lard, la ville fut reprise par Mercœur, et les fortifications furent rasées de nouveau. Fortifié une troisième fois, Malestroit fut encore repris, en 1592 ; au mois de septembre de la même année, Lehideuc, officier distingué, qui combattait pour Henri IV, s’en empara et y fit construire cinq petites tours détachées, ce qui, joint à ses anciennes fortifications et à d’excellents fossés toujours remplis des eaux de la rivière d’Oust, en fit une place capable de résister à un coup de main.

Le Canal de Bretagne, on peut s’en convaincre à Malestroit comme ailleurs, n’a encore produit (1840) aucun résultat sensible, dans la plus grande partie de son étendue. Ses chutes d’eau n’ont pas été utilisées ; la construction vicieuse de ses chaussées a détruit la pêche des saumons sur plusieurs rivières ; les fièvres intermittentes sont devenues endémiques sur ses bords, et le prix trop élevé des tarifs ne permet pas à beaucoup de marchandises de passer aux écluses.
Il ne devait coûter primitivement que 48 millions ; mais le devis a été singulièrement dépassé. Il devait être livré au commerce en 1832 et ne l’est pas encore aujourd’hui dans toute son étendue. Cependant, si les tarifs étaient supprimés ; si les chutes d’eau étaient livrées aux industriels qui promettraient, sous peine d’amende, de les exploiter dans un délai limité ; si des machines hydrauliques servant à faire d’immenses arrosements étaient autorisées sur ses bords, et si un chemin de fer à une seule voie venait à être établi sur son chemin de hallage, cette machine industrielle deviendrait d’un grand secours, et il serait permis un jour, en jetant les yeux sur la plus-value générale des terres et les grandes améliorations qu’elle aurait créées, d’oublier les graves erreurs de ceux qui ont procédé à sa construction.

Pour voir les détails de l'église Magdeleine de Malestroit et ses scènes de rue,
utilisez la fonction zoom

 

 

Pour d'autres vues du même ouvrage allez sur sa page de présentation

 

 

 

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

 

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail