Accueil Présentation Lieux 900 photos Cartes - Gravures Thèmes Personnages


 

Les villes à travers les documents anciens

Page de garde de La Bretagne de JJ Potel - reproduction © Norbert Pousseur

Saint Nicodème, ses environs, son église et sa fontaine

 

Eglise de St Nicodème - reproduction © Norbert Pousseur
L'église de St Nicodème vers 1840, gravure de Jérôme Jean Potel

 

Texte et gravure
extraits de l'ouvrage "La Bretagne de Jérôme Jean Potel - édition 1844

Sous la domination romaine, Pontivy n’était qu’un simple bourg, Pagus intrà sylvas, qu’entouraient les forets de Branquily, de Quénécan, de Camor. Sous nos ducs, c’était une dépendance du duché de Rohan, connue seulement par ses tanneries, ses moulins à blé, et la foire monstre qui se tenait chaque année à Noyal, l’une des paroisses voisines.
Aux jours de la Réforme, cette ville eut des Protestants. Lors de notre première Révolution, elle se prononçait pour elle ; en 1790, elle organisait la Fédération Bretonne ; en 93, elle se soulevait contre la dictature des Montagnards ; et, depuis, elle fut toujours fidèle à ses habitudes d’opposition.
Rien de bien curieux dans la ville : Une magnifique caserne de cavalerie ; un vieux château, dont l’une des tours a été rasée et dont une autre tombe en ruine ; une promenade assez belle, mais trop souvent déserte ; un collège, jadis couvent des Ursulines, où deux des chefs du fédéralisme furent enfermés et mis au secret, après la défaite des Girondins.
Il ne reste plus rien du grand couvent des Récollets : ni leur église, ni même le délicieux bosquet qui en était voisin.

Nous commençons notre excursion en sortant de Pontivy, et nous montons sur la butte de Kerjalotte, où le point de vue est admirable. Nous redescendons dans la plaine pour aller à Saint Mélard, sur la colline opposée ; puis, nous venons au Blavet, en laissant à gauche le cimetière où reposent les cendres de Coudé, le capitaine des vaisseaux le Ça-ira et le Brave, et l'église de la Houssaie, dont le clocher pointe à travers les ifs, vis-à-vis la lande de Tramez, dans laquelle, chaque année, on lance la plus belle Soule de Bretagne.

Nous suivons le cours de la rivière, ayant Saint Michel sur la droite. C’est un grand nid de verdure sur un monticule, une église avec porche, des ifs, et rien de plus. Nous passons à côté du Coazé, petite chapelle entourée d’un cimetière tout à fait poétique. En suivant l’autre route, nous eussions pu voir le Styphen, fontaine rustique dont les eaux rajeunissent de vingt ans, le premier mai, et Kerdisson, l’un des manoirs de l’ancienne famille du Liscoët.

Un peu après le Coazé, nous trouvons, sur la rive droite, les ruines de Rimaison : elles sont d’un meilleur effet de loin que de près. On remarque dans la cour de ce vieux château une entrée de souterrain, une galerie de l’époque de la Renaissance, qui n’a pas été terminée, et une immense cheminée cachée par d’énormes bouquets de belladones. Mais le vieux moulin de Rimaison vaut autant pour les paysagistes.

Plus loin, sur la gauche, l’on est agréablement surpris tout à coup par un délicieux clocher ; c’est celui de Saint-Nicodème, que notre dessin décrit suffisamment. Il date du XVIIe siècle (1629). A côté, l’on voit une fontaine, dont l’eau guérit les maladies du bétail : elle est de la même architecture que le clocher : sa division en trois est sans doute un hommage à la Trinité.

Saint-Nicolas-des-Eaux se trouve à peu de distance. Là, nous passons le Blavet, et nous visitons l’ermitage des bienheureux Gueltas et Bieuzy, situé sur le bord de la rivière. A côté, sur la même rive, se trouvait une pierre placée sur une autre, en équilibre, dont les sons argentins imitaient, à s’y méprendre, ceux d’une cloche : on l’a transportée à Bieuzy. C’est aussi dans ce lieu que vingt paires de bœufs furent attelées pour enlever la fameuse Vénus de Quinipilly. Au-dessous du pont, on remarque une presqu’île, jadis fortifiée, qui renferme quelques vestiges d’antiquités.

Nous revenons à la ville par Bieuzy et Kelvin. A Bieuzy, dont le cimetière est couvert de statues mutilées, nous sommes retenus par les vitraux de l’église, où brillent à la fois la sagesse de la composition, la correction du dessin et l’éclat des couleurs. Nous remarquons, parmi plusieurs scènes dignes d’être citées, celle où Judas est prêt à livrer Jésus : les archers sont encore loin, et la perspective aérienne, autant que la perspective linéaire, les recule à leur plan avec une étonnante vérité. Une Madeleine, belle comme celle du Corrège, un Christ portant la croix, qui rappelle celui du Spasimo, et que rehausse un coloris étincelant, puis la mort des larrons, dont l’expression contraste fortement, font oublier les heures dans cette église que l’on quitte à regret.

La tour de Kelvin a été reconstruite depuis peu ; l’ancienne était plus élevée, mais moins curieuse que celle de Saint-Nicodème. Au jour du Pardon, un ange en descendait pour allumer le feu de joie ; quelquefois, un marin plein de hardiesse grimpait le long des arêtes, jusqu’au sommet de la flèche.

Nous rentrons à Pontivy par la route de Brest. Barbigneux et Sainte Strophine, que nous rencontrons, méritent une place dans nos souvenirs ; Barbigneux, à cause de la Soule que l’on y lance, et Sainte Strophine, parce qu’on y joue fréquemment des tragédies bretonnes, pour lesquelles les acteurs empruntent de vieux habits aux professeurs du collège.

Cet article, dans l'ouvrage est en deux parties.
Comme le texte de la première a peu de relation avec son illustration (l'église de St Nicomède), il est présentén ici en un tout.

Fontaine de St Nicodème - reproduction © Norbert Pousseur
La fontaine de St Nicodème vers 1840, gravure de Jérôme Jean Potel

Nous venons de faire une excursion dans les environs de Saint-Nicodème ; nous allons maintenant décrire l’Église et ses fontaines.

L’Église, à 500 mètres environ de la rive gauche du Blavet, dans la commune de Pluméliau, est située dans un enfoncement, à l’extrémité d’un petit vallon très riant, qui est baigné par un ruisseau sorti des fontaines. La riche végétation qui l’entoure et que bornent à l'ouest des landes, au sud des châtaigniers cl des ormeaux séculaires, encadre avec grâce ce beau clocher et fixe l’attention du voyageur.
Don Louis, baron de Kerveno, curé de Pluméliau, fit bâtir l’église et les fontaines. La tradition raconte que ce fut le fils de l’architecte de la tour de Kelvin qui les éleva, et que son père, furieux d’avoir été surpassé en mérite, monta au haut de cette tour et s y précipita.

L’Église de Saint-Nicodème est du style ogival flamboyant, sixième époque de l'architecture Romano-Byzantine ; des festons trilobés, charmantes découpures délicatement évidées, sont suspendues avec élégance autour de la porte principale et sur toutes les petites ouvertures du clocher. On rencontre sur l’édifice plusieurs ornements qui donnent à penser qu'il a été bâti sous François l.er : tels sont les salamandres, les têtes d’hommes, les animaux fantastiques servant de supports ou consoles.
La tour est établie sur un plan carré et s’élève ainsi à 16 mètres - là se trouve la première galerie ayant à chaque angle un joli clocheton. A partir de ce point, la tour prend la forme octogonale et a 8 mètres : il existe ensuite une autre galerie dont les dessins sont différents, et qui porte aussi aux angles des clochetons plus ouvragés que les premiers. La flèche, qui peut avoir 20 mètres de hauteur, commence à cette partie, et sa pyramide est décorée de petits détails s'harmonisant admirablement avec tout le reste de l’église.

Le jour de la fête patronale, on fait descendre de la seconde galerie un ange tenant un flambeau, et qui va mettre le feu à un amas de fagots dressé à 200 mètres du clocher. Il est conduit par une corde tendue : le feu de joie allumé, on le remonte par le va-et-vient, en laissant brûler pendant cette ascension les feux d'artifice dont il est entouré.

La fontaine se trouve à gauche de l'église, à 4 mètres seulement du portail occidental. La scrupuleuse exactitude de notre dessin rend toute la richesse d'ornementation de cette jolie piscine. Pour arriver à la chapelle par la porte principale à l'ouest, il faut descendre douze marches pour être sur la plate-forme où est établie l’église. La fontaine, quoiqu’elle soit dans la même enceinte, se trouve dans un petit enfoncement, à côté, où l’on parvient après avoir descendu cinq marches. Auprès, à 3 mètres de distance, se trouve une autre fontaine, mais d’une architecture plus simple : on peut y puiser sans pénétrer dans son enceinte.

De temps immémorial, Saint-Nicodème est invoqué comme patron des bestiaux. Tous les ans, le premier samedi d'août, il se tient dans ce lieu une double foire, ainsi désignée, parce que les bestiaux sont parqués dans deux endroits séparés. Il y est vendu au profit de la chapelle environ 50 têtes de bétail : les propriétaires de ces animaux les conduisent processionnellement, dès leur arrivée, autour des fontaines et de l’Église, au son d’une musique dont les principaux instruments sont le fifre et le tambour, avec étendards en tête. Le Clergé ne prend aucune part à cette marche bruyante, pendant laquelle une messe basse est célébrée dans l'église, à l’intention de ses bienfaiteurs. Ces bestiaux, après avoir ainsi défilé, sont conduits dans l'enclos qui leur est consacré, et ils y sont vendus au bénéfice du Saint.
Quelquefois, le paysan qui veut faire une offrande, confie un jeune taureau ou une génisse à un éleveur, à condition que celui-ci donnera la moitié du prix de l’élève à la chapelle. Le produit moyen de toute cette vente s'élève à un millier de francs. Une oblation d’environ 300 kilogrammes de beurre a lieu le même jour. L'argent qui provient de ces offrandes est prêté, sans intérêt, aux gens de la commune de Pluméliau, dont la position financière est peu aisée.
Dans le cas d’épizootie, le paysan n'a pas recours à l'eau des fontaines ; néanmoins, les pèlerins, qui arrivent en assez grand nombre de 40 à 48 kilomètres à Saint-Nicodème, se lavent, avec cette eau, la figure, la tête, les mains, les bras, persuadés qu’ils sont que ces lotions préviennent ou combattent efficacement les maladies. Les habitants de Pluméliau et ceux des communes voisines ne suivent point cet usage.
Les bestiaux qui ne se vendent pas au profit de l'église, forment environ un effectif de 600 têtes, appartenant à différentes races, comme dans les foires ordinaires : ils ne sont soumis à aucune cérémonie envers le Saint.

Pour voir les détails de ces gravures de Saint Nicomède,
utilisez la fonction zoom

Eglise de St Nicodème - reproduction © Norbert Pousseur  Fontaine de St Nicodème - reproduction © Norbert Pousseur

 

 

Pour d'autres vues du même ouvrage allez sur sa page de présentation

 

 

 

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail