Accueil Présentation Lieux 900 photos Cartes - Gravures Thèmes Personnages


 

Les villes à travers les documents anciens

Page de garde de La Bretagne de JJ Potel - reproduction © Norbert Pousseur

Redon en Ille et Vilaine, son église et son abbaye vers 1840

 

L'abside de l'église St Sauveur de Redon - reproduction © Norbert Pousseur
L'abside de l'église St Sauveur de Redon, gravure vers 1840 de Jérôme Jean Potel

 

Texte et gravure
extraits de l'ouvrage "La Bretagne de Jérôme Jean Potel - édition 1844

Dans la notice qui précède, nous avons donné l’historique de l'Abbaye de Redon. Nous n’avons point à faire la description extérieure de l'Abside de Saint-Sauveur : le crayon, plus fidèle, que la plume nous en dispense, et nous nous bornerons à indiquer les monuments que renfermait cette Eglise, ou ceux que l’on y remarque maintenant.
L’Abbaye n’a plus une seule statue, un seul tableau du temps des Bénédictins. Deux tombeaux existent encore, mais les statues qui les ornaient, ont disparu dans la tourmente révolutionnaire. L’un de ces tombeaux, dans la première Chapelle du côté de l’Épître, est celui de François Ier, duc de Bretagne, frère du malheureux Gilles, dont le procès fut instruit à Redon. À ses pieds étaient enterrés trois de ses chevaliers. L’autre cénotaphe est celui de l’Abbé de Pontbriand ; on y lit l’inscription suivante :
« Cy gist frère Roul de Pontbriand, humble Abbé de Redon, qui décéda le XVIIIe jour de Décembre, l'an mil llllcc XXIII. Dieu luy pardoint. Amen. »
Dans une autre Chapelle du rond-point, se voit la pierre tombale de Jean de Tréal (ou de Guipry), abbé guerrier, qui fit commencer les fortifications de la ville. Une troisième tombe, élevée sur quatre piliers aux armes de la maison de Carcado, existait encore en 1806, c’était celle du fameux Yves le Sénéchal, si fidèle à la cause du Comte de Blois, et qui fit terminer l’enceinte de Redon.

Les vitraux du chœur étaient magnifiques : ils reproduisaient les portraits des bienfaiteurs de l'Abbaye et des grands personnages qui avaient eu des relations avec elle. Il est probable qu’ils se sont brisés lors de l’incendie de 1780, qui consuma la nef. C’est une perte irréparable, pour l'histoire de la province.

Parmi les richesses du Trésor de l’Abbaye, on remarquait les pièces que nous allons décrire :
- Une exposition du Saint-Sacrement en or, enrichie de diamants et de pierres précieuses. Cette custode était d’une grande valeur, mais de mauvais goût : elle avait la forme d’une lanterne, que tenait à la main la statue de la Foi, placée au milieu de l’autel ;
- Six chandeliers et une croix en argent, offerts par Louis XI à Monsieur Saint-Sauveur, lors de son pèlerinage politique en 1464 ;
- Un calice de 80 centimètres de haut, et dont la coupe contenait deux litres. Ce vase, richement ciselé, était couvert d’inscriptions. C’était, dit-on, le cadeau de noces de la duchesse Anne à l’Abbaye de Redon ;
- Enfin, de très belles châsses en argent, avec des bustes de Saints en même métal.

Lors de la dispersion de la Communauté, en 1791, les Religieux, au nombre de sept, se partagèrent, au poids, ce qui restait du Trésor ; l’Assemblée Nationale en avait déjà pris une partie, et cependant, il s’en trouva encore pour une valeur de 70,000 francs.
Sous le maître-autel, dans un caveau, étaient enterrés le duc Alain Fergent et sa femme Ermengarde d’Anjou : leurs portraits se voyaient aussi autrefois dans la Chapelle du tombeau de François Ier de Bretagne.

En complément, lire, du même ouvrage, l'article sur Redon

Pour voir les détails de l'église de Redon et de sa campagne alentour,
utilisez la fonction zoom

 

 

Pour d'autres vues du même ouvrage allez sur sa page de présentation

 

 

 

 

 

Haut de page

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

 

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail