Accueil Présentation Lieux 900 photos Cartes - Gravures Thèmes Personnages


Colonie - en 1883 - de l'Algérie

Retour présentation de l'Atlas    page de garde des cartes de Vuillemin    Retour présentation de l'Atlas

Carte de l'Algérie en 1883 - reproduction © Norbert Pousseur
L'Atlas de Vuillemin

Nota : les propos ci-dessous reflètent les idées de l'époque sur les colonies et leurs habitants. Il s'agit bien d'une notice historique à replacer dans le contexte de 1883. Ce texte ne correspond en aucun cas à la position de l'auteur de ce site,
qui a, par ailleurs, un grand respect pour le peuple algérien.


Pop. européenne......390,685 hab.
Pop. indigène.........2,476,941 hab.
Longueur......850 kilom.
Largeur.........600 kilom.

Chef-lieu : ALGER, à 1,600 k. S. -S. -E de Paris.

 

DIVISION ADMINISTRATIVE

Avant 1830, cette colonie formait la Régence d'Alger. Elle est administrée par un Gouverneur général civil commandant en chef les armées de terre et de mer, qui a sous ses ordres un Commandant supérieur des troupes, un Commandant de la marine, et 3 chefs d'administration pour l'intérieur, la justice et les finances. — 3 Provinces ou Départements, 11 Arrondissements — Cour d'appel et Académie d'Alger ; tribunaux musulmans et israélites. — 3 Div. militaires (Alger, Oran, Constantine) ; l'armée d'occup., qui s'élève ordinairement à 50,000 h., est répartie dans les principales villes, dans les camps retranchés et dans de nombreux postes du littoral et de l'intérieur. — Diocèse de l'Archevêché d'Alger ; Culte musulman, Synagogue, églises calvinistes.

3 PROVINCES OU DéPARTEMENTS
 
15 ARRONDISSEMENTS
Départem. d'ALGER
1,072,607 h.
4 Alger, Dellys, Miliana, Orléansville.
Départem. de CONSTANTINE 1,141,838 h. 6 Constantine, Bône, Bougie, Guelma, Philippeville, Sétif.
Départem. d'ORAN
653,181 h.
5 Oran, Mascara, Mostaganem, Sidi-Bel-Abbès, Tlemcen.


ABREGE  HISTORIQUE

Une grave insulte faite à notre consul par le dey Hussein motiva le bombardement d'Alger. Le gouvernement de Charles X mit pour cette entreprise, dans laquelle avait échoué Charles-Quint et dix autres capitaines, 400 bâtiments, 357 transports, 64,000 soldats et 4,000 chevaux sous les ordres du général Bourmont et de l'amiral Duperré. Le débarquement s'effectua le 14 juin 1830. Vaincus à Staouëli, les Turks se replièrent sur la ville qu' ils rendirent le 5 juillet. Cette conquête, si rapidement accomplie, devait entraîner malgré lui le gouvernement nouveau à l'occupation de toute la Régence. Nous nous contenterons de citer, avec le nom des gouverneurs, les principaux traits de cette histoire toute contemporaine.

Le général Clausel (1830-1831). — Trahison du bey de Tittery. Expédition de l'Atlas : Blida est pris, Médéah se soumet et le col de Ténia est forcé après un engagement fort vif. Agression des Marokains sur Mascara. Oran est cédé aux Tunisiens, qui y tiennent garnison pour la France. Le général Clausel nommé maréchal. — Général Berthezene (1834 ).

  • Expédition de Médéah. Occupation d'Oran par nos troupes. Soulèvement des tribus, concerté avec Hussein-Dey. L'armée est portée à 16, 000 h. — Le duc de Rovigo (1831-1833).

  • Nouvelles coalitions. Prise de Bone. Création d'un conseil d'administration. La colonie périclite ; les Arabes cernent les villes de la côte, interceptent les convois et s'aventurent jusque dans la Mitidja et la banlieue d'Alger. — Le maréchal Drouet d'Erlon (1834-1835).

  • Apparition d'Abd-el-Kader dans la province d'Oran ; il est repoussé plusieurs fois par le général Desmichels. Belle défense de Duvivier dans Bougie. Soumission de La Galle. Abd-el-Kader, au mépris de la convention du 26 février, s'agrandit, s'empare de Médéa et de Miliana, le général Trézel l'atteint au bord du Sig, le met en fuite, puis, forcé de rebrousser chemin, il perd 300 h. dans les défilés de la Macta. — Le maréchal Clausel (1835-1837). — Abd-el-Kader réveille le fanatisme religieux ; sous le titre d'émir, on l'accueille partout avec enthousiasme. Victoire de l'Habra, Mascara est brûlé. Tlemcen, pris et frappa d'une contribution énorme, est laissé sous la garde du capitaine Cavaignac ; victoire de la Sickack. 1re expédition contre Ahmed, bey de Constantine ; désastreuse retraite de l'armée. Le maréchal est rappelé. — Le général Damrémont (1837). — Traité de Tafna conclu par le général Bugeaud et désavoué par le gouverneur : Abd-el-Kader, regardé comme prince indépendant, est mis ou laissé en possession des provinces entières d'Oran et de Tittery et d une partie de celle d'Alger. L'occupation française se borne à quelques villes du littoral, à leur territoire assez borné et à quelques postes avancés vers l'Atlas. 2e expédition de Constantine: prise de la ville, le gouverneur est tué pendant l'assaut. — Le maréchal Valée (1837-1840). — Les tribus de l'Est demandent en foule l'aman. Fondation de Philippeville. L'armée occupe Hamza, franchit les Portes de Fer dans les Bibans, et reconnaît la communication directe qui lie Alger à Constantine (480 k. ). Abd-el-Kader reprend les hostilités. La guerre Sainte. Brillant combat de Blida. Mazagran : 423 soldats luttent victorieusement contre 42,000 Arabes. échange des prisonniers. — Le général Bugeaud (1840-1847). — L'armée est portée à 75,000 h. Occupation de Tagdempt et de Msila. Soumission des tribus du désert d'Angad. Abd-el-Kader est réduit à la défensive. Prise de la Smala. L'émir pousse le Maroc à envahir la province d'Oran ; victoire de l'lsly. Le général Bugeaud est nommé maréchal. La colonisation est encouragée. Abd-el-Kader pose les armes, se rend et est envoyé en captivité en France.


STATISTIQUES

TOPOGRAPHIE. — La colonie française de l'Algérie est maritime ; elle est située au N. de l'Afrique, entre 4°8' de long. O. et 6° 56' de long. E. Bornes : au N. la Méditerranée, à l'E. la régence de Tunis, au S. le Sahara ou grand désert, à l'0. l'empire du Maroc. Elle tire son nom de son chef-lieu, Alger. — Pays montagneux, entièrement occupé par la chaîne de l'Atlas, qui le traverse, et dont les principaux rameaux sont le Ouaransenis, le Djurjura et le Petit-Atlas. Points culminants : 3, 000 mètres environ. Quelques plaines basses, entre autres celle de la Mitidja, au S. d'Alger, longue de 70 kilom. et large de 25. Côtes généralement escarpées, ayant près de 1,000 kilom. d'étendue ; golfes de Bone, d'Alger, d'Oran, de Bougie, de Philippeville. — Bassin de la Méditerranée. Rivières principales : Cheliff, Seybouse, Oued-EI-Kebir, Tafna, Mazafran, Chiffa, Oued-Jer, l'Harrach ; ces cours d'eau torrentiels sont à peine navigables à leur embouchure. Des rivières intérieures se jettent dans les Chotts, lacs salés, sans issue, qui sont en grand nombre ; les lacs : d'Arzew, Fetzara, El-Melah, Djemel, Guellif, de Tarf, El-R'arbi, El-Thergui, etc. Climat sain et tempéré sur le versant septentrional de l'Atlas ; insalubre dans les plaines basses. Chaleurs excessives sous l'influence du khamsin ou vent du désert, de juillet à novembre. Au pied de l'Atlas, les arbres ne perdent leurs feuilles qu'en décembre ; dès février, la végétation y est en pleine activité, et à la fin de mai les récoltes sont mûres. Température moyenne, à Alger 22°. 5 routes nationales, 20 départementales, 50 chemins de grande communication, chemins de fer (voir la carte). — Population indigène : Kabyles, ou Berbers, qui habitent l'Atlas où ils vivent dans les villages et s'adonnent à l'agriculture ; les Maures, issus du mélange de tous les peuples et habitant surtout les villes ; les Arabes, dans les plaines, comme cultivateurs et à demeures fixes, ou comme pasteurs et nomades ; les Turks, en petit nombre, dans les villes ; les Juifs, très-répandus à Alger et à Oran. — 3 Religions : le Christianisme, l'Islamisme et le Judaïsme. — L'arabe est la langue nationale.

PRODUCTIONS. — Blé, seigle, avoine, orge, maïs, millet, riz, fèves, lentilles, haricots, melons, pois, légumes verts et fruits excellents ; figue, olive, amande, grenade, datte en abondance ; jujube, orange, citron, cactus, agave ; vigne, absinthe, mûrier rouge. Lin, garance, henné, tabac, coton, indigo. L'élève constitue la richesse des indigènes : gros bétail, moutons et chèvres, beaucoup d'abeilles. Le cheval d'origine arabe n'est employé que comme monture ; le chameau, l'âne et mulet sont employés aux transports. Côtes très-abondantes en poisson et surtout en corail. Les animaux sauvages sont le lion, le léopard, la panthère, l'hyène, le chacal, le lièvre, le singe, la gazelle, l'autruche, le scorpion, la sauterelle, plusieurs serpents, etc. — Les montagnes sont couvertes jusqu'à leur sommet de bois et de fourrés épais, dont les essences dominantes sont le lentisque, l'olivier sauvage, le chêne vert, le chêne-liége, le sumac, le palmier nain, le cyprès, le myrte. — Exploitation minérale à peu près nulle ; on trouve du fer en abondance, du plomb et du cuivre, du gypse, de la pierre à chaux, de la terre à poterie, du salpêtre et même des mines d'or. Nombreuses sources salées, froides et chaudes.

INDUSTRIE ET C0MMIERCE. — L'Industrie se borne chez les Arabes au tissage des étoffes de laine pour les vêtements, et de poil de chèvre pour les tentes ; les Kabyles travaillent les métaux et fabriquent des armes. Dans les villes, les Juifs, artisans actifs, s'occupent des travaux délicats d'horlogerie et de bijoux. Après les tissus de laine viennent des étoffes de soie, des mousselines brochées d'or et d'argent, des tapis, des toiles grossières, des cuirs, des maroquins et des articles de sellerie. Les colons s'occupent d'agriculture et d'industrie et réussissent généralement plusieurs hauts-fourneaux et des salines artificielles ; emploient un grand nombre d'ouvriers. — Le commerce exporte froment, orge, bétail, sangsues, cuirs et peaux, laine estimée, corail, cire, huile, gomme, fruits, kermès, chevaux et mulets, plantes tinctoriales, lièges, etc. Valeur annuelle des exportations : 155,000,000 de francs, chiffre rond. Les articles importés sont : les farines, les tissus de coton, toiles, armes, vins et liqueurs, denrées coloniales, quincaillerie, bijouterie, papier, produits chimiques, etc. Valeur annuelle des importations 210 millions, chiffre rond.

INSTRUCTION PUBLIQUE. — 1 école préparatoire de méd. et de pharm. 1 école préparatoire à l'enseignement du droit. 1 école préparatoire à l'enseignement des sciences. 1 Ecole préparatoire à l'enseignement supérieur des lettres. 1 Lycée (à Alger). 9 Col. commun. 4 établ. second. libres. 3 Cours d'arabe. 1 école norm. d'instit. 1 école norm. d'Institutr. 17 écoles arabes-françaises. 630 écoles prim. fréquentées par environ 60,000 élèves.


VILLES  PRINCIPALES

(Voir les notices spéciales d'Alger, de Constantine et d'Oran.)

 

Gravure de la ville d'Alger, en 1883 - reproduction © Norbert Pousseur
              Alger en 1883

 

Gravure de la ville de Constantine, en 1883 - reproduction © Norbert Pousseur
Constantine en 1883

 

Cette version de carte de l'Algérie en 1883 est agrandissable par zoom,
mais non enregistrable

 

 

Haut de page

Le contenu de cette page est disponible pour toute utilisation personnelle et/ou dans le cadre d'enseignement
droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail