Accueil Présentation Lieux 900 photos Cartes - Gravures Thèmes Personnages


Département du Nord en 1883

Retour présentation de l'Atlas    page de garde des cartes de Vuillemin    Retour présentation de l'Atlas

carte Département du Nord en 1883 de Vuillemin
L'Atlas de Vuillemin


POPULATION.    1,519,585 hab.                                                         SUPERFICIE    568,087 hect.
Chef-lieu : LILLE, à 936 k. N.N.E. de Paris.

DIVISION   ADMINISTRATIVE

Avant 1790, ce dép. faisait partie de la FLANDRE (Hainaut, Cambresis).— Cour d'appel et Académie de Douai. — 1er Corps d'armée (Lille) ; 13 pl.-fortes. — 1erarr. marit. (Cherbourg) : 2 ports de mer. — 7e arr. forestier. — Diocèse de l'Archevêché de Cambrai ; église consist. calviniste. Synagogue, chapelle méthodiste à Lille.

7 ARRONDISS
 
61 CANTONS.
662 COMM.
POPUL.
de l'arrondt.
LILLE         
162,775 h. 
17
Armentières, La Bassée, Cysoing, Haubourdin, Lannoy, Lille (5), Pont-à-Marcq, Quesnoy-sur-Deûle, Roubaix (2), Seclin, Tourcoing (2).
129 
591,134
AVESNES
4,636 h.
10
Avesnes (2), Bavai, Berlaimont, Landrecies, Maubeuge, Le Quesnoy (2),
Solre-le-Château, Trélon.
153
182,577
CAMBRAI
22,079   h. 
7
Cambrai (2), Carnières, Le Cateau, Clary, Marcoing, Solesmes.
118
196,118
DOUAI       
26,999 h. 
6
Arleux, Douai (3), Marchiennes, Orchies.
66
123,619
DUNKERQUE       
35,071 h. 
7
Bergues, Bourbourg, Dunkerque (2), Gravelines, Hondschoote, Wormoudt.
61
121,844
HAZEBROUCK      
9,857 h. 
7
Bailleul (2), Cassel, Hazebrouck (2), Merville, Steenworde.
53
111,775
VALENCIENNES
26,08 h. 
7
Bouchain, Condé, Saint-Amand (2), Valenciennes (3).
82
192,518


ABRÉGÉ HISTORIQUE

Quatre grandes tribus avaient conquis la Flandre sur les Celtes : les Nervii, les Atrebates, les Morini et les Menapii. Les Romains, qui passèrent neuf ans à les dompter, ne modifièrent point leur caractère indépendant et farouche; les premiers apôtres chrétiens ne furent pas plus heureux, et au VIIe s. la religion était encore souillée de superstitions druidiques. Ce fut avec les Franks de Therouanne et de Cambrai que Clovis vainquit Siagrius et accomplit la conquête de la Gaule. — Le comté de Flandre prit naissance sous le bon plaisir des rois et par tolérance plutôt que par droit de propriété. Ingelram en fut le premier titulaire. Parmi ses successeurs, Baudoin II résiste énergiquement aux hordes normandes; Arnoul III se déclare vassal de Hugues Capet qu'il avait insulté; Baudoin IX est élevé au trône de Constantinople. L'aînée de ses filles épousa Fernand de Portugal, dont les intrigues contre la France furent cruellement punies; Philippe-Auguste incendia Lille, tailla les Flamands en pièces à Bouvines et garda leur comte prisonnier (1214). Philippe le Bel ne montra pas moins de fermeté : il ravagea la province, puis il la confisqua. C'était trop de hâte; la défaite de Courtrai (1302) lui prouva que la Flandre et la France n'avaient encore aucun lien commun. Toutefois, il prit sa revanche à Mons-en-Pevele (1304), où 14,000 ennemis perdirent la vie. Le comte Guy mourut en prison ; son fils abandonna au roi Lille, Douai et Orchies. Les intérêts industriels des Flamands, qui ne pouvaient se passer de l'alliance anglaise, les poussèrent à embrasser la cause d'Edouard III contre le roi de France Philippe de Valois, celui-là même qui avait aidé leur maître à les faire rentrer dans le devoir à la bataille de Cassel. La Flandre passa bientôt dans la maison de Bourgogne (1384), et un siècle plus tard dans celle d'Autriche par le mariage de la fille de Charles le Téméraire avec Maximilien.

Sous le règne tranquille des archiducs, l'histoire de la Flandre ne présente aucun fait saillant. A la mort de Philippe IV, roi d'Espagne, Louis XIV envahit cette province afin de revendiquer les droits de sa femme sur le Limbourg et le Brabant (1667). Les traités d'Aix-la-Chapelle, de Nimègue et de Ryvswick lui assurèrent la possession de ses principales conquêtes dans les Pays-Bas et la Flandre ; enfin, à la paix de Rastadt, la France conserva définitivement une partie du Hainaut, la Flandre wallonne et l'Artois. Les événements de la guerre conduisirent Louis XV en Flandre : il y gagna les glorieuses batailles de Fontenoy et de Raucoux (1746) ; mais toutes ses conquêtes dans les Pays-Bas furent rendues. La Révolution attira de nouveau les étrangers sur nos frontières; l'héroïque défense de Lille et la victoire de Hondschoote leur apprirent assez combien la Flandre était devenue profondément française.

 

BIOGRAPHIE

Parmi les nombreuses célébrités de ce département, citons : Gustave Nadaud, musicien et chansonnier; les poètes Jardin, Lemaire ; le philosophe Rambert ; le savant docteur Alain; Panckoucke; les historiens Froissart, Monstrelet, Oudegherst, Balderic, J. Meyer; Comines; le peintre Watteau; les sculpteurs Bra, Elshoecht; J.-B. Carpeaux; les naturalistes Lestiboudois, Macquart; P. Zaccone, littérateur; les marins Coster, Jacobs, Colaert et Jean Bart, le glorieux vainqueur des Anglais ; deux noms chers à la scène tragique, Mlles Clairon et Duchesnois; J. Gailhabaut, fondateur de la Revue archéologique; le maréchal Mortier, duc de Trévise; les généraux Vandamme, Corbineau; l'amiral Vanstabel; le célèbre jurisconsulte Merlin (de Douai) ; les littérateurs 0. Leroy, Le Glay et Saintine.


STATISTIQUE

TOPOGRAPHIE. — Le dép. du NORD est frontière et maritime ; il est situé au N.-E., entre 50° et 51° 5' de lat. N. Bornes : Pas-de-Calais, Somme, Aisne ; la Belgique et la mer du Nord. Il tire son nom de sa posit. géographique au nord de la France. — Pays de plaines légèrem. ondulées, — Bassins du Rhin et de l'Escaut. Riv. princip. : Escaut, Sambre, Lys (navig.) ; Helpe, Selle, Scarpe, Marque, Deûle, Yser, Aa. étangs et marais. — Climat en génér. tempéré, mais variable et un peu froid. — 22 Canaux, entre autres ceux de Dunkerque, de Bergues, de Mardick, de St-Omer, d'Haze-brouck, de la Deûle, de la Sambre à l'Oise, de Condé à Mons. 15 Routes nat. ; 13 départ. ; 7,500 k. de chemins vicinaux. Chemins de fer. (Voir la carte.)

PRODUCTIONS. — Sols dominants : riche terreau, calcaire, différentes sortes, sablonneux, marécageux; plaines fertiles, profondes, unies; beaux pâturages. — Pays agricole, d'exploitat. et manufactures; cultures très-avancées. Céréales en surabond.: pommes de terre, betteraves en gr. quantité, graines oléagin.,légumes secs, lin, tabac. élève très-import. et multipliée en toute espèce d'animaux domestiques. On estime la valeur totale de la production agricole dans ce dép. à 200 millions de fr. Bois, 35,827 h. ; pas de vignes. Exploitat. minérale : houille (cet inépuisable bassin, découvert en 1734, s'étend sur 414 k. c. de superficie, occupe 15,000 ouvriers, et fournit plus de 25 millions d'hect. de combustible par an) ; fer abond., marbres, grès, pierres de taille, marne, argile à potier, tourbe.

INDUSTRIE ET COMMERCE. — L'Industrie, fort étendue, compte plusieurs branches de fabrication renommée : les draps, les étoffes de laine, les toiles blanches et écrues, le linge de table, les batistes, linons, dentelles, fils de coton et de lin ; huile, distillation d'eaux-de-vie et de grains, bière estimée, sucre indigène, cordes et cordages, cuirs et peaux, verres, tuiles, etc. — Quant au Commerce, on peut juger de son importance par la nature, l'étendue, la variété, la richesse des objets ou des articles auxquels s'appliquent l'agriculture et l'industrie des populations flamandes; Hauts-fournaux, métallurgie très développée, etc.

INSTRUCTION PUBLIQUE. — 1 Faculté de droit. 1 Faculté mixte de médecine et de pharmacie. 1 Faculté des sciences. 1 Faculté des lettres. 1 Université catholique libre. 1 Faculté libre de droit. 1 Faculté libre des lettres. 1 Cours libre de médecine et de pharmacie. 2 Lycées. 16 Collèges. 21 établiss. secondaires libres. 1 école norm. d'instit. 1 Cours norm. d'institutr. 17 Pensionn. prim. écoles prim. : 565 de garçons, 549 de filles, 184 mixtes. Institut industr., agric. et commerc. (sur le mod. de l'école centr. de Paris). 3 Séminaires. 10 Bibliothèques publiques. 25 Sociétés savantes.


VILLES   PRINCIPALES

LILLE, ch.-l., gr. et belle v.,dans une plaine arrosée par le can. de la Deûle. Rues larges, bien bâties; places régul. Enceinte bastionnée, garnie de fossés et défendue par une forteresse, chef-d'œuvre de Vauban. 6 faubourgs, 7 portes, 200 rues, 35 places. On remarque l'Hôtel de Ville, St-Sauveur, St-Maurice, le palais de Rihour, seuls monum. de l'art ancien ; la Bourse, érigée par le roi d'Espagne Philippe II; la Préfecture, l'Hôpital général, vaste édifice, sévère et assez grandiose ; le Palais de Justice, le Théâtre, la Porte de Paris, arc de triomphe élevé à Louis XIV, en 1682; l'élégant Pont-Neuf, la magnifique salle de Concerts, la Halle au blé, le Marché, les Casernes ; enfin, la riche galerie de peinture, le musée Wicar, les Archives, le Jardin botanique, etc. Industrie très-variée. — Sièges mémorables de 1708 et de 1792.
AVESNES, sur l'Helpe.
CAMBRAI, pl. f., s. l'Escaut et le can. de St-Quentin. Très-vaste et irrég. bâtie. Le St-Sépulcre, remarq. par le mausolée de Fénelon et de belles grisailles; la Forteresse, réputée imprenable; la Biblioth., la pl. d'Armes. — L'anc. Cameracum.
DOUAI (Duacum),pl. f., s. la Scarpe; bien bâtie, rues régul. et vastes places. l'Hôtel de Ville (XVe s.), œuvre fort originale et d'une belle conservat.; St-Pierre; l'Arsenal, qui passe pour un des plus consid. de France, le fort de Scarpe, le Jardin d'hist. nat., la Biblioth. (32,000 v.) etc.
DUNKERQUE, près de la mer, à la jonct. de 3 canaux, se divise en 3 parties : le port, la basse ville et la citadelle. Rues larges, bien percées. Le peu de profond. des passes, jointe à la fréquence des bancs de sable, rendent l'accès du port assez dangereux. Très-peu d'édif. : St-éloi, le Phare, la Maison commune, le Collège. La pèche de la morue est son industrie principale.
HAZEBROUCK, p. v. propre et agréable. L'église paroiss., dont la flèche à jour a 80 m. de haut; l'Hôtel de Ville, le couvent des Augustins.
VALENCIENNES, pl. f. assez bien bâtie, mais très-irrég., sur l'Escaut. l'Hôtel de Ville, dont le beffroi s'est écroulé en 1843; Notre-Dame. Fabrication renommée de batistes, toiles fines, linons, bonneteries, gaze et foulards. La proximité de l'immense houillère d'Anzin ajoute encore à l'activité industrielle de cette ville.

 

 

 

Gravure de la ville de Lille, en 1883, reproduction Norbert Pousseur 
Lille

Gravure de la ville de Dunkerque, en 1883, reproduction Norbert Pousseur
Dunkerke

 

Cette version de carte du Nord est agrandissable par zoom, mais non enregistrable

 

Haut de page

Le contenu de cette page est disponible pour toute utilisation personnelle et/ou dans le cadre d'enseignement
droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail