Accueil Présentation Lieux 900 photos Cartes - Gravures Thèmes Personnages


Département de Sâone et Loire en 1883

Retour présentation de l'Atlas    page de garde des cartes de Vuillemin    Retour présentation de l'Atlas

Carte de Sâone et Loire en 1883 de Vuillemin, reproduction Norbert Pousseur
L'Atlas de Vuillemin

POPULATION.    614,309 hab.                                                         SUPERFICIE    855,174 hect.
Chef-lieu :  MÂCON, à 399 k. E.-S.-E. de Paris..

DIVISION   ADMINISTRATIVE.

Avant 1790, ce dép. faisait partie de la Bourgogne {Bourgogne propre, Mâconnais). — Cour d'appel de Dijon et Académie de Lyon. — 8e Corps d'armée (Bourges). — 17e arrondissem. forestier — Diocèse de l'évêché d'Autun; Synagogue à Châlon.

5 ARRONDISS
 
50 CANTONS.
589 COMM.
POPUL.
de l'arrondt.

MÂCON
        
17,570 h. 
9
La Chapelle-de-Guinchay, Cluny, Lugny, Mâcon (2), Matour,
Saint-Gengoux-le-Royal, Tournus, Tramayes.
130  
118,686
AUTUN.          
12,889 h.
9
Autun, Couches, le Creuzot, Epinac, Issy-l'évêque, Lucenay-l'évêque, Mesvres, Montcenis, Saint-Léger-sous-Beuvray.  
85
124,664
CHALON-SUR-SAONE. 
20,895 h. 
11
Buxy, Chagny, Châlon (2), Givry, Montceau-les-Mines,
Mont-Saint-Vincent, Saint-Germain-du-Plain, Saint-Martinen-Bresse,
Sennecey-le-Grand, Verdun- sur-le-Doubs.
155
149,633
CHAROLLES 
3,286 h. 
13
Bourbon-Lancy, Charolles, Chauffailles, La Clayette, Digoin, Gueugnon,
La Guiche, Marcigny, Palinges, Paray-le-Monial, Saint-Bonnet-de-Joux,
Semur-en-Brionnais, Toulon-sur-Arroux.
138
133,252
LOUHANS
4,163 h.
8
Beaurepaire, Cuiseaux, Cuisery, Louhans, Montpont, Montret, Pierre,
Saint-Germain-du-Bois.
81
88,074


ABRÉGÉ HISTORIQUE.

La confédération des AEdui se rallia la première à J.-César; bien qu'elle eût fait défection, quand elle comprit les projets du conquérant, elle n'en resta pas moins la sœur du peuple romain. Ses villes, Cabillonum (Châlon), Mastico (Mâcon), Bibracte (Autun) surtout, la métropole druidique, furent embellies de tous les produits des arts. Sa nouvelle organisation en Lyonnaise, les prédications chrét., ainsi que les courses multipliées des Alamans et des Vandales, la firent changer quelque peu de caractère. Les Burgundes, reçus comme des hôtes, règn. en maîtres jusqu'en 534, époque de l'arrivée des Franks. La race de Clovis s'épuisa dans des luttes obscures et des intrigues de palais; en const. la Bourgogne en roy. indép., elle attira sur elle des calamités sans nombre. Aussi dit-on que, pour se débarr. d'elle, les leudes bourg. favorisèrent l'inv. des Sarrasins (732), qui leur fut plus funeste que celle d'Attila. Le IXe siècle fut un temps d'effroyable anarchie pour les pays de Saône-et-Loire. Lothaire les punit, par l'incendie de Mâcon et de Châlon, de s'être déclarés pour son père, l'empereur Louis (834). D'autres fléaux s'ajoutèrent à la guerre civile : les Normands et les Hongrois laissèrent derrière eux la destruction, la peste et la famine (937).
La situation politique ne se dessina guère avant le XIe s. pour la Bourgogne. Parmi ses nombreux barons, citons le duc de Bourgogne, leur suzerain, maître de l'ancien comé d'Autun depuis Richard-le-Justicier (870); puis les deux comtes de Châlon et de Mâcon. L'esprit turbulent de ces derniers attira plusieurs fois sur leur territoire les armées de Louis VII et de Philippe-Auguste. En 1237, le Châlonnais fut réuni à la Bourgogne par l'échange qu'en fit son seigneur avec le duc Hugues IV. Le Charollais, érigé en comté, eut le même sort au siècle suivant. Quant au Mâconnais, acheté par St-Louis, il fit retour à l'état. — Les Anglais envahirent la haute Bourgogne en 1356; la noblesse se fit écraser à Brion-sur-Ource sans avoir pu les arrêter. Mâcon, Semur, Autun, Charolles tombèrent victimes de leur résistance. L'étranger trouva de dignes auxiliaires pour achever la ruine du pays dans les bandes indisciplinées des Ëcorcheurs, dont le quartier général était à Chagny. C'est là que Du Guesclin, les ayant rassemblés au nombre de 30,000, les décida à l'accompagner en Espagne sous promesse d'un riche butin (1366). L'assassinat de Jean sans Peur jeta son fils Philippe le Bon dans les bras des Anglais. La guerre civile ralluma ses torches; on ne savait plus de quel côté était la patrie. Cependant la paix d'Arras vint augmenter la puissance des ducs de Bourgogne en leur cédant le Maçonnais et St-Gengoux (1435). Elle était à son apogée lorsque Charles le Téméraire, après de longs démêlés avec Louis XI, trouva la mort aux champs de Nancy. Il ne laissait qu'une fille, Marie, pour laquelle plusieurs villes se soulevèrent à l'instigation du prince d'Orange. Mais les troupes royales eurent bientôt raison de ce mouvement que la noblesse n'appuyait pas, et Louis XI prononça, sans opposition, la réunion de la Bourgogne (1480). — Les calvinistes dominèrent au XVIe s. dans les pays de Saône-et-Loire moins par le nombre que par l'alliance des Suisses. Coligny s'y montra deux fois : mais l'avantage resta aux catholiques, qui firent merveille sous les ordres du maréchal de Tavannes.
Aussi tout le pays, Verdun et Charolles exceptés, adhéra-t-il chaudement à la Ligue et ne posa-t-il les armes qu'après l'abjuration d'Henri IV et la bataille de Fontaine-Française (1595). Le dernier épisode que nous ayons à citer fait honneur à la haute Bourgogne : les Espagnols avaient envahi son territoire lorsqu'ils furent arrêtés par la belle défense des habitants de St-Jean-de-Losne (1636).


BIOGRAPHIE.

Le chef des éduens, DIVITIAK ; les rhéteurs EUMENE, ARBORIUS ; les saints évêques SYAGRIUS, CESAIRE, EUPHRONE ; le maréchal D'UXELLES ; les généraux DUHESME, CHANGARNIER ; le fameux président JEANNIN, qui s'opposa à Dijon au massacre des huguenots ; les avocats CHASSENEUX, MONTHOLON ; les historiens PARADIN, GUICHENON; un poète de la Pléiade, Pontus DE THYARD ; MME DE GENLIS, qui éleva Louis-Philippe ; GREUZE et PRUDHON, deux peintres distingués de l'école française ; le dessinateur DENON ; le graveur PERRIER; E. Nus, auteur dram.; l'astronome BERTRAND ; l'ingénieur GAUTHEY, qui acheva le canal du Centre ; les botanistes P.-A. CAP, DOMBEY ; notre immortel poète LAMARTINE, et MAC-MAHON.


STATISTIQUE.

TOPOGRAPHIE. — Le dép. de Saone-et-loire est méditerrané; il est situé à l'E.,entre 46° 9' et 47° 7' de lat. N. Bornes : Côte-d'Or, Jura, Ain, Rhône, Loire, Allier, Nièvre. Il tire son nom de la Saône et de la Loire, riv. qui l'arrosent à l'E. et à l'O. — Pays montueux, traversé du S. au N. par les Cévennes et la Côte-d'Or; la lre chaîne se subdivise en mont, du Maconnais, du Charollais et du Châlonnais. Point culmin. : 590 m. Au N.-O., les monts du Morvan. — Bassins de la Loire et du Rhône. Riv. princip. : Loire, Saône, Seille, Doubs, Arroux (navig.) ; Grosne, Arconce, Bourbince, Dheune, Guye. Beauc. d'étangs. — Climat génér. sain et tempéré. — Canaux : du Centre, latéral à la Loire, de Digoin à Roanne, de la Seille. 8 Routes nat., 22 dép.; 7,800 ch. vicinaux. Chem. de fer (Voir la carte).


PRODUCTIONS.Sols dominants : bon terreau, craie ou calcaire, gravier, pierreux, sablonneux, diff. sortes. Sol fertile ; excell. pâturage. — Pays agricole, manufact. et d'exploit. ; agric. en progrès. Excéd. en vins et céréales; maïs, pommes de terre, chanvre, graines oléagin.; pépinières, plantes médicin. et aromat. Vignobles renommés du Maconnais et de la côte châlonnaise (on cite les rouges de Thorins et de Givry, ainsi que les blancs de Pouilly ; ils produisent 850,000 hectol. Elève bien entendue et source de richesse pour le dép. : bœufs estimés de Charollais, engraissem. de porcs et de volailles; abeilles et vers à soie. — Bois, 167,101 h.; vignes, 34,577 h. — Exploit, min. très-import.: houille fort abond. (valeur ann., près de 3,000,000 fr.), fer, manganèse, plâtre, bonne pierre à bâtir, argile, marne, schistes bitumineux. Sources min. à Bourbon-Lancy et à St-Christophe en Brionnais.

INDUSTRIE ET COMMERCE. L'industrie, fort active, compte plus de 2,000 établissements; elle fabrique le fer, l'acier, les tuiles et briques, la poterie et la faïence, les tissus de coton, les couvertures, les étoffes de soie, l'huile, etc. Célèbres usines du Creusot. —Le commerce comprend les produits métallurgiques, les vins et eaux-de-vie, les céréales, les bœufs, les volailles, le charbon de terre, le bois et les articles fabriqués. — 800 Foires.

INSTRUCTION PUBLIQUE.école normale et spéciale de Cluny. 1 Lycée. 5 Collèges. 7 établiss. second. libres. 1 Ecole normale d'instit. 1 Ecole normale d'Institutr. 8 Pensionn. prim. Ecoles prim. : 394 de garçons, 340 de filles, 175 mixtes. 3 Séminaires. 6 Bibloth. publiques. 3 Sociétés savantes.



VILLES   PRINCIPALES.

MACON, ch.-l., à la frontière du dép., sur la Saône, posit. avantag. pour son commerce de vins. Beaux quais et port commode. église très-remarquable de Saint-Pierre (style roman); Clocher de l'ancienne cathédrale de Saint-Vincent; Hôtel de la Préfecture (ancien Palais épiscopal); Hôtel de Ville; l'Hôpital, dessiné par Soufflot; Pont bâti, dit-on, au XIe siècle; Dépôt de remonte.
AUTUN, très-ancienne ville, sur une colline baignée par l'Arroux. On remarque la Cathédrale, beau monument mélangé de gothique et de lombard; l'évêché, le Musée, la fontaine Saint-Ladre ; et parmi les restes de l'antiquité romaine les portes d'Arroux et Saint-André, le Théâtre, le temple de Janus, la pyramide funéraire de Couhard.
CHALON, s. la Saône, grande et belle ville, rivalise avec Mâcon pour sa population et son importance commerciale. L'ancienne Cathédrale, St-Pierre, le pont St-Laurent, le port, l'Obélisque élevé à l'entrée du canal du Centre, Chambre de commerce. Combat du 4 février 1814 contre les Autrichiens.
CHAROLLES (Caroleia), dans un vallon, au confluent de 2 rivières, date du xe siècle.
LOUHANS, s. la Seille. Entrepôt des marchandises qui passent de Lyon en Suisse.

Citons encore : Le Creusot, Cluny célèbre par le monastère qu'y fonda au IXe s. le duc Guillaume d'Aquitaine. Il donna bientôt des papes au St-Siège, et compta plus de 2,000 abbayes ou prieurés sous sa dépendance. De la magnif. basilique élevée par saint Hugues, il ne reste plus que quelques chapelles et un clocher. L'école normale spéciale est installée dans les bâtiments de l'abbaye.
Tournus, s. la Saône. On y admire la belle église romane qui faisait partie de. l'abbaye de St-Philibert, statue de Greuze.
Bourbon-Lancy, où 1,500 à 2,000 malades viennent chaque année prendre les eaux.

 

 

Gravure de la ville de Mâcon, en 1883, reproduction Norbert Pousseur
Mâcon en 1883

 

Cette version de carte de la Sâone et Loire e en 1883 est agrandissable par zoom, mais non enregistrable

 

 

 

Haut de page

Le contenu de cette page est disponible pour toute utilisation personnelle et/ou dans le cadre d'enseignement
droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail