Accueil Présentation Lieux 900 photos Cartes - Gravures Thèmes Personnages


Retour liste des départements    page de garde des cartes de Vuillemin    Retour liste des départements

 

Département du Vaucluse en 1883

Carte du Vaucluse par Vuillemin - 1883
L'Atlas de Vuillemin


POPULATION :  255,703 hab  
SUPERF1CIE :  354,771 hect.
 
Chef-lieu :  AVIGNON, à 707 k. S. de Paris
 


DIVISION   ADMINISTRATIVE.

Avant 1790, ce dép. faisait partie du Comtat Venaissin (territoire d'Avignon, principauté d'Orange) et de la Provence. — Cour d'appel de Nîmes et Académie d'Aix. — 15e Corps d'armée (Marseille). — 15e Arrondissement forestier. — Diocèse de l'archevêché d'Avignon; église consist. calviniste à Lourmarin; Synagogues à Avignon, Carpentras.

 

4 ARRONDISS
 
22 CANTONS.
150 COMM.
POPUL.
de l'arrondt.

AVIGNON
38,008 h.
5
Avignon (2), Bédarrides, Cavaillon, l'Isle.
21
82,554
APT
5,687 h
5
Apt, Bonnieux, Cadenet, Gordes, Pertuis.
50
52,352
CARPENTRAS
10,479 h 
5
Carpentras (2), Mormoiron, Pernes, Sault.
31
50,819
ORANGE
10,212 h 
7
Beaumes, Bollène, Malaucène, Orange (2), Vaison, Valréas.
48
69,978

 


ABRÉGÉ HISTORIQUE.

Le territoire du Vaucluse était occupé, avant la conquête romaine, par les Cavari, qui avaient pour ville Arosio (Orange), Carpentoracte et Avenio, et par les Vocontii, dont le chef-lieu était Vaison. Attribué à la Viennoise, il passa successivement sous le joug des Goths, des Burgundes, des Ostrogoths et des rois d'Austrasie. Les Sarrasins l'envahirent en 730, prirent deux fois Avignon et deux fois furent expulsés par Charles Martel avec grande perte, — Avignon resta soumise aux Carlovingiens jusqu'au moment où Boson créa le royaume d'Arles (879), sorte de confédération méridionale qui comprenait la Provence le Dauphiné, la Savoie, le Lyonnais, etc. Il y eut pendant longtemps de vives contestations au sujet de cette ville et de son territoire entre les comtes de Toulouse, ceux de Provence et de Forcalquier; le dernier ayant cédé ses droits aux habitants, ils s'érigèrent en république impériale et souffrirent des guerres cruelles pour maintenir leur liberté. — A l'exemple de la plupart des cités de la Provence, Avignon embrassa la cause des Albigeois, fut prise par Louis VIII (1226), qui l'obligea à détruire ses remparts et 300 maisons, mais respecta la forme de son gouvernement. Le roi perdit, dit-on, plus de 20,000 hommes à ce siège. Affaiblie par ses revers, cette ville rentra en 1251 sous la domination d'Alphonse, comte de Toulouse, qui s'était ligué avec son frère Charles d'Anjou pour la . réduire. Philippe le Hardi hérita des domaines d'Alphonse; mais Philippe IV en fit don à Charles, comte de Provence (1290).
C'est au commencement du XIVe s., en 1305, que les papes qui possédaient le Venaissin depuis 1274, vinrent habiter la première fois Avignon; Clément V y établit sa cour après avoir résidé à Carpentras, et le siège y resta fixé pendant 72 ans, sous Jean XXII, Benoît XII, Clément VI, Innocent VI, Urbain V et Grégoire XI, qui le transféra de nouveau à Rome en 1377. Mais les papes n'avaient point d'autorité temporelle dans Avignon; Clément VI acheta la propriété de la ville à Jeanne, reine de Sicile et comtesse de Provence, pour la somme de 80,000 florins. — A la mort de Grégoire XI, un grand schisme s'éleva dans l'église; il y eut deux papes : l'un, Urbain VI, resta à Rome; et l'autre, Clément VII, à Avignon, où il eut pour successeur Benoît XIII, dont les troupes en furent chassées par les Français et les habitants de la ville (1411). Les papes gouvernèrent le Comtat Venaissin par des légats jusqu'au commencement de la Révolution. Cependant les rois de France s'en emparèrent à diverses reprises : Louis XIV deux fois (1663-1688) et Louis XV en 1768, pour venger l'insulte faite par Clément XIII au duc de Parme. — En 1790, une collision grave éclata sur les bords de la Sorgue; le parti papal, qui refusait aveuglément toute réforme, fut vaincu, et le peuple se livra à de cruelles vengeances. Les assemblées primaires ayant demandé la réunion à la France, elle fut votée par l'Assemblée nationale (1791). Avignon et le Comtat Venaissin, qui formaient d'abord deux districts réunis l'un à la Drôme et l'autre aux Bouches-du-Rhône, devinrent départements séparés en 1793 avec les arrondissements d'Apte et d'Orange.
La principauté d'Orange (Arausio), dans l'antiquité cantonnement de la seconde légion romaine, eut des seigneurs particuliers au XIe siècle. Ils prirent le vain titre de rois d'Arles, rendirent hommage aux comtes de Provence et plus tard aux ducs de Bourgogne. L'un d'eux, Philibert, s'étant allié à Charles-Quint, vit sa principauté confisquée en 1522 et donnée au maréchal de Coligny. En 1544, Henri II reconnut pour prince d'Orange Guillaume de Nassau-Dillenbourg, qui devint le premier stadhouder de Hollande et fut un des plus grands hommes de l'époque. Cette maison célèbre parvint au trône d'Angleterre en 1688 dans la personne d'un autre Guillaume, après la mort duquel Louis XIV réunit Orange au Dauphiné (1714).

 


BIOGRAPHIE 

L'historien latin Trogue-Pompée; la belle Laure de Noves, que l'amour de Pétrarque a rendue célèbre; le brave Crillon, l'ami de Henri IV ; le savant tacticien Folard ; Esprit Fléchier, évêque de Nîmes, un de nos premiers orateurs sacrés ; l'abbé de Boulogne, évêque de Troyes ; l'abbé Poulle, fameux, prédicateur du dernier siècle ; Guilhem de Sainte-Croix, savant illustre  ; Saurin, ministre protestant, mathématicien ; Nogent-Saint-Laurens, célèbre avocat ; Barjavel, médecin et érudit; Parrocel, peintre et graveur; J.-B. Péru et Bernins, sculpteurs ; F. de La Valfenière et P. Mignard, architectes ; Mme Favart, qui a écrit quelques jolies pièces; Joseph Vernet, qui a brillamment inauguré la peinture de la marine, mort en 1789; le cardinal Maury, élégant orateur de l'Assemblée constituante; les généraux Lagarde, Monnier, Fournier-d'Aultane ; le jeune et courageux Viala ; A. de Gasparin, agronome distingué ; Raspail.

 


STATISTIQUES

TOPOGRAPHIE. — Le dép. du Vaucluse est méditerrané, et situe au S.-E., entre 43° 35' et 44° 20' de lat. N. Bornes: Drôme, Basses-Alpes, Bouches-du-Rhône, Gard, il tire son nom de la fontaine de Vaucluse, célèbre par ses beautés naturelles. — Couvert en grande partie par les montagnes; points culminants : le Mont-Ventoux, 1,912 m.; le Léberon, 1,760 m.; le Mont-Lagarde, 1,495 m.; le Mont-Saint-Saturnin, 1,387 m. ; le Mont-Vaucluse, 654 m. Nomb. ravins et vallées. — Bassin du Rhône. Rivières principales : le Rhône (navig)., la Durance, le Lez, l'Ouvèze, l'Egues, l'Auzon, la Nesque, la Sorgue, le Gaulon, le Limergue. — Climat sain et fort tempéré; froids passagers. — Canaux: de la Durance, de Durançole, de Crillon; nombreux canaux d'irriga-tion, réservoirs d'eaux pluviales.— 4 routes nationales, 22 départementales. Chem.de fer. (Voir la carte.).
PRODUCTIONS. — Sols dominants: pierreux, différente sorte, calcaire, sablonneux, gravier, bon terreau. Culture par des chevaux et des bœufs. — Pays agricole et manufacturier. Céréales insuffisantes ; fruits de toutes sortes, nombreuses pépinières. Culture en grand de la garance ; olivier, plantes aromatiques et médicinales. Excédant considérable en vins, dont les plus renommés sont ceux d'Avignon, Châteauneuf-du-Pape, Sorgues et Baumes. Elève de moutons, d'abeilles et de vers à soie; bêtes à cornes et chevaux médiocres; beaucoup de poissons. — Bois, 71,188 h. ; vignes, 61,408 h. — Exploitation minérale: lignite; belles et nombreuses carrières de pierres à bâtir; bancs de gypse abondants, produisant d'excellent plâtre, grès, argile, sable. Sources d'eaux minérales à Vacqueyras, Beaumes, Gigondas, Velleron; sources salées.
INDUSTRIE ET COMMERCE. — L'Industrie fabrique principalement la soie, la garance (plus de 450,000 quintaux par an), draps grossiers, étoffe de laine, indiennes, huile d'olive, essences, savons, safran d'Orange, grandes fabriques d'acides, papeteries importantes, tanneries,etc. — Commerce considérable de grains, farines et légumes; vins, eaux-de-vie, fruits du Midi et produits fabriqués. — 180 Foires.
INSTRUCTION PUBLIQUE. — 1 Lycée. 3 Collèges. 3 établ. second. libres. 1 école norm. d'instit. 8 Pensionn. 8 Pensionn. prim. : 146 de garçons, 134 de filles, 51 mixtes. 3 Sém. 5 Bibl. pub. 6 Soc. savantes.

 

VILLES  PRINCIPALES

AVIGNON, ch.-l., s. le Rhône. Grande et ancienne ville, bien bâtie ; rues étroites, mal percées; quais magnifiques, remparts bien conservés, entourés de boulevards. Edifices remarquables: Notre-Dame-des-Doms (1,000) où officiaient les papes et où l'on admire les mausolées de Jean XXIl, de Benoît XÏI et du brave Grillon. Saint-Agricol (680); Saint-Pierre (1,358), d'une belle architecture gothique; les Célestins, où l'on voyait le fameux squelette peint par le roi René, en souvenir de sa maîtresse, et la châsse de saint Benezet, berger qui, à dix-huit ans, construisit un pont de pierre sur le Rhône au XIIe s. ; les Cordeliers, où repose la célèbre Laure, immortalisée par les sonnets de Pétrarque; l'ancien Hôtel des Monnaies; la porte de l'Oulle, prés de laquelle est l'auberge où fut assassiné en 1815 le maréchal Brune; l' Hôtel-Dieu ; la salle des spectacles, dont la façade est très-ornée ; l'Hôtel de ville ;  la Bibliothèque qui renferme plus de 46,000 volumes; le riche Musée d'antiquités et de tableaux, fondé par Calvet; enfin le Palais des Papes bâti sur le rocher des Doms et qui étonne par l'épaisseur de ses murs, ses tours, ses créneaux, sa grandeur et sa sombre majesté.— Commerce très-actif en soie, garance, grains et vins. Résidence des papes; siège d'une Université fondée en 1303.
APT (Apta Julia), dans une large vallée, sur le Calavon. Belle église romano-gothique avec des cryptes, le tombeau de saint Jean, l'ancien cimetière ; le pont Julien, bâti il y a 19 siècles par les Romains à 4 kilomètres de la ville.
CARPENTRAS, très-agréablement situé au pied du Mont-Ventoux, sur l'Auzon. Environs pittoresques. On remarque la Cathédrale, bel édifice gothique; l'Hôtel-Dieu, dont on admire la voûte de l'escalier; la porte d'Orange, couronnée par une haute tour ; l'Arc triomphal antique, dans une cour du Palais de Justice ; la Bibliothèque (36,000 vol.) et les fontaines alimentées par un aqueduc construit par le pape Clément V.
ORANGE, célèbre par les monuments antiques dont elle garde les restes ; on y trouve un bel Arc de triomphe, dit de Marius, et un théâtre antique qui est le mieux conservé de tous ceux qui subsistent encore.
Citons encore: Cavaillon, petite ville commerçante sur la Durance. — l'lsle, entouré par la Sorgue. — Pertuis. Vaison, dont le pont, d'une seule arche, a 20 m. d'ouverture. — Pernes, Bollènes, Malaucène, Sorgue, — Le Thor, — Monteux, Valréas.

 

 

 

 

Gravure de la ville d'Avignon, en 1883
Avignon en 1883

 

 

Sur Avignon, voir aussi par l'auteur de ce site,

Haut de page

Le contenu de cette page est disponible pour toute utilisation personnelle et/ou dans le cadre d'enseignement
droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail