Accueil Présentation Lieux 900 photos Cartes - Gravures Thèmes Personnages

 

Les villes à travers les documents anciens

 

Nantes par le le dessinateur J.J. Potel

 

Le château de Nantes par JJ Potel - reproduction © Norbert Pousseur
Cour du château de Nantes - pour voir les détails Vers la vue agrandissable par zoom
Partie ancienne habitée par les ducs


Voir aussi, sur ce site la listes des pages consacrées à Nantes

Nantes et son château

Ce n’est qu’en 840 seulement que nos annales font mention, pour la première fois, du Château de Nantes. En 933, le duc Alain Barbe-Torte ajouta une tour à ses fortifications.

Si l'on pouvait interroger ces pierres, froids témoins d’un autre âge, combien de chroniques nous rediraient-elles, qui feraient la fortune des romanciers ! Là se sont passés de nobles faits pendant et depuis que les ducs de Bretagne y tenaient leur cour.

  • Meschinot et Landais y ont brillé à la même époque : Meschinot, le banni de Liesse, le poète moral et philosophique de son temps ;
  • et Landais, ce tailleur de François II, qui, devenu ministre, déploya un si grand génie.
  • Là est née la bonne duchesse Anne, que Louis XII couronna pour la seconde fois reine de France.
  • Plus tard, la belle duchesse de Mercœur donna, dans ces salles maintenant désertes, de splendides fêtes dans un intérêt purement personnel.
  • Henri IV, à l’aspect de ces formidables tours, s’écria : Ventre saint gris, les ducs de Bretaigne n'estoient pas de petits compagnons !
  • et ce fut dans cette enceinte, dans cette partie même dont nous donnons le dessin que fut délibéré et signé l'Edit de Nantes, qui ferma les plaies de la patrie, acte célèbre, si malheureusement révoqué en 1685.

 

A toutes les époques, le Château de Nantes reçut de nobles hôtes : Louis XI, Louis XII, François Ier, Marie Stuart, Charles IX, Henri IV, Louis XlV et Napoléon vinrent tour à tour l’habiter ou le visiter. D’autres illustres personnages y marquèrent tristement leur passage.

  • Ainsi Gilles de Retz (le Barbe-Bleue de nos contrées), y vit instruire la procédure qui le conduisit au bûcher ;
  • Chalais, en 1654, coupable seulement d’intrigues contre le puissant Richelieu, en sortit pour porter sa tête sur l’échafaud ;
  • le cardinal de Retz, plus heureux, y fut détenu, mais s’en échappa ;
  • le surintendant Fouquet vit la jalousie du grand roi lui en ouvrir les cachots...

Mais détournons nos regards et voyons Mme de Sévigné dater, en 1648, de ce noble manoir, quelques-unes de ces lettres charmantes qu’on ne se lasse pas de relire.

 

Les bâtiments que représente notre planche étaient l’habitation des ducs. A l’intérieur, il ne reste plus de traces de l'ancienne distribution des appartements ; mais, à l’extérieur, rien n’est changé. La façade, de la fin du XVe siècle, est richement ornée-, ses fenêtres, toutes inégales, n’ont d’autre rapport entre elles que l’ornementation de leurs chambranles sculptés et décorés avec beaucoup de goût. La corniche sur laquelle s’appuie le toit fort aigu, est composée d’animaux fantastiques, de figures bizarrement accroupies et armées de pied en cap; les hautes mansardes à clochetons mutilés, sont délicieusement découpées, et présentent encore des arceaux trilobés, à jour, couronnés de panaches, se dessinant sur un fond de feuillages fouillés avec un soin exquis. Le donjon est remarquable par ses jolies fenêtres à archivoltes, en ogive surélevée, composées de tores et de feuillages, et décorées de motifs pleins de naïveté, rendus avec une hardiesse surprenante.

Tout attestait l'art et le goût dans cette belle habitation : le puits même est digne de curiosité : le temps et l'usage ont fait disparaître les sculptures qui en ornaient la base, mais sa charpente en fer est remarquable : elle forme, dans l’eau, par le reflet de ses arcs et leur heureuse combinaison, une étoile parfaite.

De l'autre côté de la cour est la chapelle servant maintenant de magasin à poudre. C’est une grande salle gothique, ornée de clefs pendantes et de nervures d’un très beau travail. Le mariage d’Anne de Bretagne avec Louis XII y fut célébré en i 499.

 

La cathédrale de Nantes

 

La cathédrale de Nantes par JJ Potel - reproduction © Norbert Pousseur
Intérieur de la cathédrale de Nantes

 

La Cathédrale de Nantes, bâtie sur une colline peu élevée, domine tous les édifices qui l’environnent. Elle présente avec orgueil aux étrangers qui viennent visiter la capitale de l’Ouest, de quelque part qu’ils arrivent, la façade de son magnifique portail ou les voûtes élancées de ses contreforts.

Aucune autre église de Bretagne ne saurait lui être comparée, pour les parties qui sont achevées. La façade, dont la première pierre fut posée par le duc Jean V, en 1434, comme l’atteste une inscription placée à l’intérieur de l’église, est ornée, aux tympans et aux rentrants des ogives, de tableaux en sculpture de la plus grande beauté, surtout pour la porte du milieu, qui était consacrée à la Vierge, et pour les portes de droite et de gauche, qui portaient les noms de Saint-Pierre et de Saint-Paul. Ces tableaux représentaient des sujets très-variés. Dans la porte principale, le tympan de l’ogive représentait, avant la restauration que des maçons lui ont fait subir, le Jugement Dernier, mais avec des dispositions curieuses; ainsi le Père Éternel était assis, tenant la croix de son Fils entre ses jambes; Jésus était à droite, la Vierge à gauche, le Saint-Esprit planait au-dessus de la croix, sous la forme d’une colombe : puis au-dessous, les anges, les patriarches, les pères de l’église et les saints. Les figures de droite et de gauche de l'ogive complétaient ce tableau, au bas duquel on voyait une représentation de l’enfer, tel qu’il était compris au Moyen-âge.

Ce tableau est remplacé, aujourd’hui, par une ignoble rosace ; mais les figures du rentrant des portes existent encore ; et, quoiqu’elles soient mutilées, l’on peut en admirer la grâce et l’esprit : à gauche, le passage à travers la vie des âmes des justes, sous la direction de Messeigneurs les anges gardiens (peut-être l’artiste avait-il eu la pensée de faire allusion à Mesdames Isabeau et Anne de Bretagne) ; à droite, dans les parties inférieures, les supplices des damnés, et, au- dessus, les mêmes anges et les mêmes âmes qu’à gauche, avec des poses différentes.

La décoration des piliers des portes était consacrée à l’histoire de la Bible. A côté des bas-reliefs se trouvait une explication écrite de telle sorte, que la façade de Saint-Pierre était réellement ornée d’un catéchisme en images, selon les habitudes du temps. — On distingue encore, sur quelques-uns, l’histoire d’Agar, sa fuite dans le désert, son désespoir et l'apparition de l’ange ; sur d’autres, le Déluge et toutes les scènes principales de la vie de Noë ; ailleurs, on retrouve Abraham et son fils Isaac; le sacrifice sur la montagne peut se suivre de tableau en tableau : plus loin, c’est la vie de Joseph.

A l’intérieur de la Cathédrale, la voûte qui supporte les orgues est digne d’attention ; des bas-reliefs en grand nombre existaient encore, en 1815, dans cette partie de l’église; Jean-Louis Renard, maire de Nantes en 1793, voulant qu’ils fussent conservés, avait remplacé la garde nationale à cheval, qui logeait dans la Cathédrale, par des chasseurs de Beysser. Les restaurations pratiquées depuis 1815 les ont fait malheureusement disparaître, et leurs places vides appellent des compositions nouvelles, que nos artistes s’empresseraient de fournir, si on les leur demandait.

La partie de la nef qui est achevée, est admirable d’élégance et de hardiesse : elle porte le caractère de son époque. Les pilastres polyprismatiques remplacent les faisceaux de colonnettes des époques antérieures. A droite, dans la chapelle du fond, se trouve le tombeau du dernier des ducs de Bretagne, œuvre admirable, due au ciseau de Michel Columb, de Saint-Pol-de-Léon, en Basse-Bretagne, dont la Belgique et l'Allemagne possèdent d’autres sculptures du premier ordre. Nous consacrerons un de nos dessins à ce chef-d’œuvre.

Le vieux clocher de la Cathédrale, que l’on voit du dehors et dans la chapelle du tombeau, est du XIIIe siècle. — Le chœur est probablement du Xe ou du XIe : tout porte à penser qu’il a été construit par Guerech, fils naturel d’Alain Barbe-Torte. Pour élever la chapelle parallèle à celle du tombeau, on a démoli dernièrement la partie la plus ancienne de la vieille Cathédrale, celle peut-être qui appartenait à l’église commencée par Evhérémus, achevée et consacrée par Saint-Félix. M. Hawke en a dessiné l’intérieur et l’extérieur, et nous avons joint ses dessins, aujourd’hui plus curieux que jamais, à notre dernière édition de l'Histoire de Nantes.

La première Cathédrale, bâtie, dit-on, sur les ruines d’un temple druidique, possédait une église souterraine. Nous l’avons visitée, mais elle ne présentait rien de curieux.

Le jubé que l’on remarque dans notre dessin, est la construction la plus récente de la Cathédrale, Nous serions encore plus sévères que M. Mérimée, dans ce que nous pourrions dire de ce replâtrage, et nous préférons citer cet auteur :
« Entre la nef et le chœur s’élève un jubé du XVIIe siècle, ou, pour mieux dire, un grand mur couvert de sculptures, occupant tout l’espace compris entre les piliers du transept. Bien que sa décoration contraste bizarrement avec celle du reste de l’église, et qu'elle ne soit pas exempte des défauts de son époque, elle ne laisse pas de produire un effet imposant. Si le fronton contourné, les pilastres barbares, les grosses guirlandes maniérées de cette façade intérieure rappellent le mauvais goût du style de Louis XlV, la richesse des ornements et surtout leur exécution grave et facile méritent d'être louées sans réserve. Il ne faut pas examiner de près ces sculptures ; mais, à leur point de vue, elles paraissent fortes et grandioses. Si la composition générale était plus correcte, on croirait voir un ouvrage de nos grands architectes du XVIe siècle. Ce jubé reproduit d'ailleurs ce caractère presque constant de la bonne ornementation du Moyen-âge, les saillies et les creux fortement accusés, de manière à présenter des masses de lumière et d’ombre qui flattent l’œil, et où l’imagination supplée bien souvent aux détails que la vue ne saisirait pas.»

Tombeau de François II, Duc de Bretagne.

Le Tombeau de François II à Nantes par JJ Potel - reproduction © Norbert Pousseur
Tombeau de François II contenant les restesd'Arthur III, duc de Bretagne

Ce tombeau, élevé en 1507 par la reine Anne, duchesse de Bretagne et femme de Louis XII, à son père, François II, et à Marguerite de Foix, sa mère, fut érigé d’abord dans l’église des Carmes de Nantes, qui a été détruite.
A l’époque de la Révolution, M. Mathurin Crucy, architecte-voyer de la ville, le sauva de la destruction, en le couvrant de débris et de matériaux.
Depuis, restauré par les soins de M. le comte de Brosses, préfet de la Loire-Inférieure, et de M. Louis de Saint-Aignan, alors maire de Nantes, il fut placé dans l’Église cathédrale.

Ce monument, dû au ciseau de Michel Columb, né à Saint-Pol-de-Léon en Basse-Bretagne, est en marbre blanc ; il forme un massif rectangulaire, couvert par une magnifique table de marbre noir, sur laquelle sont couchés le duc et la duchesse, sculptés en marbre blanc avec un fini très-remarquable. Leurs têtes sont appuyées sur des oreillers à broderies, que soutiennent trois anges, d’une délicieuse sculpture. Celui de gauche est on ne peut plus gracieux.
Aux pieds du duc et de la duchesse, on voit un lion et un lévrier couchés sur le ventre : le lion tenant entre ses pieds les armes de Bretagne, et le lévrier l’écusson aux armes de la duchesse, partie de Bretagne et de Foix, entouré d’une cordelière d’un travail soigné. Ce lévrier mérite l’examen des artistes. Sur les côtés latéraux du tombeau, sont les douze apôtres dans des niches revêtues intérieurement de marbre d’un rouge terre-cuite. Ces figures ont 60 centimètres de hauteur : leurs niches sont séparées par des pilastres en marbre blanc, dont les bases et les chapiteaux sont d’ordre composite. A l’un des bouts du tombeau et sur la ligne des apôtres, se trouvent deux figures représentant Saint-François-d'Assises et Sainte- Marguerite; à l’autre extrémité, Charlemagne et Saint-Louis.

Au-dessous de ces seize figures, dont le mérite est très grand, sont seize pleureuses en marbre vert. Placées dans des niches en marbre blanc, leurs mains ainsi que leurs têtes, malgré le capuchon qui les enveloppe, sont encore en marbre blanc, ce qui a dû rendre leur exécution plus difficile. Ces pleureuses sont, les unes à genoux, les autres accroupies : leurs niches ont 35 centimètres de diamètre.

Le tombeau entier a 5 mètres 5 centimètres de longueur, sur 1 mètre 41 centimètres de large ; son élévation est de 1 mètre 63 centimètres : il est posé sur un socle de marbre blanc, de 55 centimètres et demi, qui en fait le tour. Le couronnement a 5 mètres 25 centimètres, sur 1 mètre 65 centimètres, et forme une saillie de 22 centimètres dans tout son pourtour. Les anges qui soutiennent les oreillers ont 65 centimètres de hauteur.

Aux quatre coins de ce tombeau, sont quatre statues qui représentent la Justice, la Force, la Prudence et la Tempérance. La Justice a sur la tête une couronne : de la main droite, elle tient un glaive ; de la gauche, les balances et la loi ; on s’accorde à penser qu’elle est le portrait de la duchesse Anne ; en effet, les médailles des règnes de Charles VIII et de Louis XII peuvent confirmer cette assertion. La tête de cette statue est belle ; elle a tout à fait le caractère breton ; ses yeux sont inclinés à l’angle interne, comme cela se voit chez les Tartares et dans la race Kimry. Le front est développé, la partie qui correspond, d’après Gall, à l’idéalité, est assez prononcée, ce qui s’accorderait, d’ailleurs, avec l’imagination et les talents bien connus de la duchesse, et ce qui se trouve assez communément chez les Bretons ; les cheveux sont roulés en bandeau sur les deux côtés du front qu’ils laissent à découvert ; les vêtements sont disposés avec art et d’une manière gracieuse : l’artiste en a tiré tout le parti possible. La Prudence est, sans doute aussi, l’image de quelque grande dame de l’époque : sa figure, extrêmement spirituelle et réfléchie tout ensemble, a, plus encore que celle de la Justice, le caractère breton : de la main gauche, elle tient un miroir convexe ; de la droite, un compas ; à ses pieds, se trouve un serpent ; le derrière de la tête représente un vieillard à barbe longue, comme pour indiquer que la sagesse doit avoir à la fois la force intellectuelle et la perspicacité de la jeunesse, réunies à l'expérience d’un âge plus avancé. La Tempérance tient une horloge dans la main gauche, un frein dans la droite, emblème d’une vie régulière ; sa figure, toute bretonne, rappelle quelques-unes des belles femmes que l’on rencontre dans le Léonais ; ses vêtements sont recherchés. La Force a, dans la main gauche, une tour; dans la droite, un monstre qu’elle étouffe ; sa tête est ornée d’un casque, et sa poitrine est défendue par une cuirasse. Moins bien de figure que les trois autres, elle appartient cependant au même type.
Les arabesques qui séparent les petites statues, sont d’un goût exquis, et prouvent que Columb pouvait exceller dans plus d’un genre.


Le 28 août 1817, les restes d’Arthur III, duc de Bretagne, connétable de France, mort en 1458 (sauvés de la destruction de l’église des Chartreux), furent déposés dans ce tombeau, à la place de ceux de François II, que la tourmente révolutionnaire a dispersés.

 

Pour rendre tous les détails de ce magnifique monument, que Paris et Saint-Denis envient à la Bretagne, nous avons dû préférer, à la lithographie, la gravure au trait sur acier, et M. Potel se plaît à reconnaître ici qu'il en doit le dessin à M. Hersart du Buron, jeune amateur plein de talent, déjà connu par ses jolies études des sculptures de la Cathédrale de Nantes, que nous avons publiées.

Le tombeau est montré sur son autre face sur la page de Nantes dans l'histoire.

Ci-dessous ce même tombeau extrait de l'ouvrage d'Aristide Guilbert 'Histoire des villes de France' de 1859

Tombeau de François II, gravure de Rouargue - reproduction © Norbert Pousseur
Cette gravure de Rouargue frères semble assez bien donner l'athmosphère de la cathédrale au milieu de 19ème siècle

 

 

Le texte et les desseins sont tirés de l'ouvrage (collection personnelle)
La Bretagne
par J.J. Potel, professeur de dessein à Nantes
Nantes - Prosper Sebire, libraire éditeur

Aucune information sur le web sur cet auteur.
Il se prénomme selon les sources, Jean-Jacques ou Jérôme-Jean

 

 

 

 

 

Haut de page

Le contenu de cette page est disponible pour toute utilisation personnelle et/ou dans le cadre d'enseignement
droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

 

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail