Accueil Présentation Lieux 900 photos Cartes - Gravures Thèmes Personnages

 

Mulhouse aux multiples décors


Venant de la France en train, Mulhouse est un point de passage obligatoire pour qui veut se rendre en Suisse via Bâle, où je me suis rendu assez souvent, notamment pour son carnaval
- voir la série sur le carnaval de Bâle, qui a lieu la même semaine que celui de Mulhouse.
Durant ces déplacements, j'ai parcouru par deux fois les rues de Mulhouse, en 2008 et 2011.

Les quelques vues proposées ici montrent, autant que possible, le mélange intelligent de tradition
et de modernisme qu'a su marier cette ville.

 

 Façades décorées à Mulhouse -  © Norbert Pousseur
Les décors muraux  

Les armes des villes d'Alsace - © Norbert Pousseur
Les blasons des villes d'Alsace

Décors de l'Hôtel de ville - © Norbert Pousseur 
Autour de l'ancien Hôtel de ville

Divers décors à Mulhouse - © Norbert Pousseur
De multiple décors

Une grille auxdragons à Mulhouse - © Norbert Pousseur
Dragons et serpents en suivant une grille

    

 

 

Mulhouse dans la photographie de la semaine 41 de 2013 - © Norbert Pousseur
Mulhouse tout au long de ses rues
Mini-série photographique de la deuxième semaine d'octobre 2013

 

in "Géographie moderne" de l'abbé Nicolle de La Croix, édité en 1777
( dans la rubrique "Des alliés des Suisses")

De la ville de Mulhausen en Alsace
Cette république, qui n'a qu'un petit territoire au nord-ouest de Bâle, s'est fait associer à la bourgeoisie de cette ville en 1506 ; & neuf ans après, elle fit alliance avec tous les cantons suisses. Elle professe la religion calviniste.
Mulhausen sur l'Ill, dans le Sungtau. C'est une assez belle ville. Elle a été impériale. Son nom lui vient du grand nombre de ses moulins. Son territoire est fertile en grains et en vins.

in "Dictionnaire géographique universel De Vosgien" par V Parisot, édité en1833
Mulhausen ville et canton du Haut Rhin. 9605 habitants. Gymnase, fabriques de draps, étamines, toiles peintes, cotonnades, indiennes, rubans de fil, de soie ; moulins à foulons, à bois de teinture, à huile ; manufactures de cuivre laminé. Commerces en bijouterie, horlogerie, bonneterie, tannerie ; en grains, anis, saflor, guède, lin, semis, eau de vie.

in "Dictionnaire général de géographie universelle ancienne et moderne", par Ennery et Hirth, édité en1839
MULHOUSE ou Mulhausen, v. de Fr., Haut-Rhin, arr. et à 5 l. N.-N.-E. d’Altkirch et à 115 l. E. de Paris, chef-lieu de canton et poste ; siège d’un tribunal de commerce, chambre des manufactures et bourse. Cette ville, située sur une île formée par l'Ill et sur le canal du Rhône au Rhin, est bien bâtie; cependant les rues de l’ancienne ville sont étroites et irrégulières; mais le Nouveau-Quartier fondé par M. Kœchlin, est fort joli et offre des constructions élégantes et de bon goût. Ses principaux édifices sont : l’église protestante de St.-Étienne et l'église catholique, l’hôtel de ville, les bâtiments du collège et la bourse. Au centre de la nouvelle ville s’étend une belle place décorée de portiques. Sur la place Lambert on voit une colonne érigée à la mémoire du mathématicien de ce nom, né à Mulhouse, en 1728. La ville possède un collège, une école mixte très-bien organisée, subdivisée en 9 classes, dont 3 pour les filles, une société lithographique et une société industrielle, qui publie une excellente statistique du département. Quoique Mulhouse ne soit qu’un chef-lieu de canton, c’est une des villes les plus importantes de France, sous le rapport industriel. Elle est devenue depuis le commencement de ce siècle le centre de la fabrication du Haut-Rhin. Son industrie s’est développée rapidement et ses manufactures nombreuses et actives étendent leurs ramifications dans les départements limitrophes. On porte à plus de 80 millions de francs le produit annuel de ses fabriques, qui, avec celles des environs, occupent près de 70,000 ouvriers. Ses principaux articles sont : les mousselines, les percales, siamoises et autres tissus de coton, des draps fins, de la bonneterie et surtout une immense quantité de toiles et de soieries peintes, renommées dans le monde entier pour l’excellence du teint, l’élégance et la perfection du dessin. On y fabrique aussi des chapeaux de paille, des maroquins, des savons et des machines pour les manufactures. Ses filatures et ses teintureries jouissent également d’une réputation méritée. Foires : 14 septembre, 5 décembre, mardi après Pâques et après Pentecôte et 4 novembre; 16,932 hab., non compris les ouvriers qui viennent chaque jour du dehors.
C’est en 717 qu’il est pour la première fois question de Mulhouse, à l’occasion de l’établissement du monastère de St.-Étienne de Strasbourg. C’était alors un village dépendant des moines de ce couvent. Au treizième siècle plusieurs ordres religieux y établirent des maisons, autour desquelles se forma la ville, qui prit son nom d’un moulin que des franciscains avaient construit sur l’Ill, près de leur couvent. En 1246 l’évêque de Strasbourg Henri de Stahleck s’empara de la ville. Rodolphe de Habsbourg l’enleva en 1261 à l’évêque Walther de Geroldseck ; en 1268 elle est érigée en ville libre et Rodolphe lui accorde plusieurs privilèges. Des dissensions intestines et les guerres qu’elle eut à soutenir lui attirèrent plusieurs désastres. Pour se garantir contre les attaques des landgraves d’Alsace, elle s’unit aux cantons suisses en 1515, et continue à faire partie de la confédération helvétique jusqu’en 1798, époque où elle fut réunie à la France et où commença pour elle cette prospérité qui n’a fait que s’accroître depuis.

 

 

 

Quelques autres pages pour compléter cette visite :

 

Haut de page

Le contenu de cette page est disponible pour toute utilisation personnelle et/ou dans le cadre d'enseignement
droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail