Accueil Présentation Lieux 900 photos Cartes - Gravures Thèmes Personnages


 

Les villes à travers les documents anciens

L'église de Saint Maclou de Rouen au 19ème siècle

 

Église Saint Maclou de Rouen par Félix Benoist  - reproduction © Norbert Pousseur
Église Saint Maclou, vers 1850, illustration de Félix Benoist Cette photo peut être transférée, sur demande, en haute définition
Pour mieux les distinguer, voir ci-dessous la même gravure, zoomable


 

Outre cette page sur l'église Saint Maclou de Rouen, voir aussi :


 

 

Texte de William Duckett en 1866, extrait de "La Normandie"

 

Église Saint-Maclou (rue Malpalu et rue Martainville). Construite dans la seconde moitié du XVe siècle, cette église est un charmant spécimen du style gothique fleuri. Son grand portail, de forme un peu convexe, offre 5 portes, dont 2 ont été condamnées. Celle du centre est surmontée d’un bas-relief représentant le Jugement dernier. Le panneau de la porte voisine, à gauche, a été sculpté, dit-on, par Jean Goujon ; et, au milieu d’arabesques, un grand médaillon renferme le Baptême de Jésus-Christ. On attribue au même artiste la porte ouvrant sur le flanc septentrional ; le relief principal est la Mort de la Vierge. De l’entrée du chœur s’élève une tour formant lanterne ; elle était couronnée d’une élégante pyramide, se dressant à 78 mètres du sol et qui, ébranlée par un ouragan en 1705, fut bientôt abattue. On la remplaça par le beffroi disgracieux, en charpente couverte d’ardoise, qu’on y voit aujourd’hui. A l’intérieur, l’église a 47 mètres de long sur 25 de large, en y comprenant les collatéraux. On y remarque l’escalier, sculpté à jour, conduisant aux orgues, et les vitraux des fenêtres, malheureusement mutilés.

Eglise St Maclou de Rouen par Robbock - reproduction © Norbert Pousseur
Façade de l'église Saint Maclou par Robbocq, vers 1860 Cette photo peut être transférée, sur demande, en haute définition
Pour mieux les distinguer, voir ci-dessous la même gravure, zoomable


Fontaine de St Maclou  de Rouen - reproduction © Norbert Pousseur
La fontaine St maclou à Rouen, par Jean Goujon, vers 1846 Cette photo peut être transférée, sur demande, en haute définition
Pour mieux les distinguer, voir ci-dessous la même gravure, zoomable


A l’église est attenante une curieuse fontaine, œuvre originale du même artiste Augenot, représentant 2 figurines versant l’eau comme le Manneken-Pis de Bruxelles, beaucoup plus haut que les robinets actuels. Un passage formel du Livre des Fontaines nous apprend qu’autrefois il suffisait de tourner une clef pour que l’eau jaillît en abondance au sommet de la fontaine Lisieux. Le niveau de l’eau a donc baissé dans ces fontaines ? C’est un problème dont l’étude offrirait peut-être à la ville une intéressante solution au moment où la question des eaux préoccupe tant d’esprits.

 

LA FONTAINE DE SAINT-MACLOU. (in Le Magasin pittoresque - 1846)
« Par la grâce de Dieu, disait un ancien chroniqueur, ceste ville de Rouen a l'honneur d’avoir assez bonnes et  belles fontaines en chacun quartier pour la commodité des habitants. » Le soin apporté à rétablissement de ces monuments d’utilité publique avait naturellement conduit à les décorer d’une manière convenable et suivant le goût de chaque pays. Parmi tous ces édifices, dont les plus intéressants sont encore aujourd’hui la fontaine de la Croix de pierre, celle de la Crosse, celle de l'hôtel de Lisieux, on remarque la fontaine de Saint-Maclou , adossée à l’église de ce nom.

Cette petite construction de la renaissance se recommande particulièrement par l’élégance, par la simplicité de sa composition , et par ses gracieuses sculptures, dues à Jean Goujon.
Ces jolies statues d’enfant ne sont pas les seuls ouvrages de ce sculpteur qui ornent la belle église de Saint-Maclou. Les bas-reliefs des deux portails de l’ouest et du nord, représentant la Mort de la Vierge et le Baptême du Christ, proviennent de ce même ciseau si pur et si gracieux.

Près de la fontaine s’ouvre l'aître de Saint-Maclou, qui est pour la ville de Rouen ce qu’était le charnier des Innocents pour Paris. Langlois a découvert sur les colonnes de cet édifice ancien les fragments malheureusement informes d’une danse macabre, dont les divers personnages, à peu près conservés, offrent les vestiges d’un art naïf et grossier qui contrastent assez singulièrement avec les ornements de la renaissance de l’église et de la fontaine.

Il existe une donation faite en 1228 par Geoffroy de Capreville, «d’un fonds à lui appartenant, paroisse Saint-Maclou, hors de la ville. » Saint-Maclou n’était alors qu’une chapelle.

Vers la fin du quinzième siècle, on s’occupa de l’érection de l’édifice actuel, et en 1511 on éleva la plate-forme qui supporte la tour.

 

Texte d'Abel Hugo en 1835, extrait de "La France pittoresque"

Église Saint-Maclou. — Par son architecture, qui affecte partout la forme pyramidale, cette église est un diminutif de celle de Saint-Ouen. Ses vitraux et l’élégant escalier sculpté à jour qui conduit à l’orgue méritent de fixer l’attention. Cette église s’appelait autrefois la fille aînée de M. l’archevêque.

 


 






Église Saint Maclou de Rouen par Félix Benoist  - reproduction © Norbert Pousseur Eglise St Maclou de Rouen par Robbock - reproduction © Norbert Pousseur  Fontaine de St Maclou  de Rouen - reproduction © Norbert Pousseur

  

Cliquez sur chaque vue pour en changer

 

 

 

 

 

Haut de page

Les textes ont été transcrits et les gravures corrigées des défauts d'impression et de vieillissement.
Tout le contenu de la page est donc sous Copyright (d'où celui incrusté dans l'image zoomable)

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail