Accueil Présentation Lieux 900 photos Cartes - Gravures Thèmes Personnages


 

Gravure ancienne ajoutée à l'iconographie de l'histoire des villes

Le Lion de Thorwaldsen, vers 1830

 

Le Lion de Thorwaldsen vers 1830      Photographie Norbert Pousseur

   

 

Gravure extraite "La Suisse pittoresque"
ouvrage édité vers 1830, d'Alexandre Martin,

Le premier pont de bois est à présent remplacé par une passerelle pour piétons.

On aperçoit au second plan, le pont couvert « Pont de la Danse des Morts »ou Spreuerbrücke.

A noter les formes très courbes des barques - Elles offrent aujourd'hui un profil beaucoup plus rectiligne.

A voir aussi, en utilisant le zoom d'agrandissement que sur le personnage statique sur le pont semble avoir une épuisette en main. Il s'agirait donc d'un pêcheur. Il n'y a plus bien sûr de telles barques de transport ou de pêche le long de ces rives. Au bord du Lac des quatre cantons, on loue des pédalos, et les autres embarcations se trouvent dans le port de Lucerne.

 

Cette gravure fait partie de la descritption du canton de Lucerne vers 1830 ,
ainsi que la promenade photographique réalisé en 2008 et 2009

Il est possible de voir cette illustration en vue simple dans l'article du canton de Lucerne.

 

Le Lion de Thorwaldsen. L’inauguration de ce monument national a eu lieu le 10 août 1821. Le lion a 28 pieds depuis l’extrémité du museau jusqu’à l’origine de la queue, et sa hauteur est de 18 pieds. La grotte dans laquelle il est couché a 44 pieds de long sur 28 d’élévation, et est creusée dans un pan de rocher absolument vertical.
«L’expression du lion mourant est sublime, dit M. le comte de Walsh ; le tronçon de la lance qui l’a percé est resté enfoncé dans son flanc, il étend sa griffe redoutable comme pour repousser une nouvelle attaque ; ses yeux à demi fermés, vont s’éteindre pour jamais, et cependant son regard semble menacer encore ; sa face majestueuse offre l’image d’une noble douleur et d un courage tranquille et résigné. Au-dessus de la grotte on lit l’inscription suivante : Helvetiorum fidei ac virtuti. Au bas sont les noms des officiers et des soldats qui périrent le 10 août, et de ceux qui, soustraits à la mort, ont contribué à l’érection du monument. A dix pas de là s’élève une petite chapelle, sur la porte de laquelle on a gravé ces mots : Invictis pax. Du côté opposé on voit la maison de l’invalide, gardien du monument. Une pièce d’eau vive, alimentée par plusieurs sources, baigne le pied du rocher, dont le sommet est couvert de végétation. Tout autour sont disposés avec beaucoup de goût quelques groupes d’arbres qui ombragent les bancs placés dans les points de vue les plus favorables ».
Un jeune sculpteur de Constance, nommé Ahorn, a exécuté ce travail sur un modèle en plâtre envoyé de Rome par Thorwaldsen, et sous la direction du colonel Pfyffer. Le modèle arriva à Lucerne tellement endommagé, que le masque fut trouvé gisant en morceaux au fond de la caisse. Le colonel Pfyffer Wesher, ramassa les précieux fragments que le frottement n’avait point encore usés, les étendit sur un lapis, et parvint, à force de patience et de soins, à les réunir dans leur ordre et à les coller ensemble.

 

Retour à l'article sur le canton de Lucerne vers 1830

 

 

 

 

 

 

Haut de page

 

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

 

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail