Accueil Présentation Lieux 900 photos Cartes - Gravures Thèmes Personnages


 

Les villes à travers les documents anciens

 

Marseille en 1761

 

Marseille en 1761, dessein de Baurenfeind - reproduction © Norbert Pousseur
Marseille en 1761, sous le blocus anglais - dessinée par Baurenfeind, sans doute de l'Estaque

Voir aussi

Marseille vers 1710 par Claude Marin Saugrain

L'Histoire de Marseille jusqu'en 1830

Description de Marseille en 1830 par Abel Hugo

Marseille et ses habitants vers 1830

Marseille à travers ses gravures

Le département des Bouches du Rhône en 1883

Marseille actuelle, la rayonnante - Marsella la radiente - Beaming Marseille

 

 

Texte et gravure extraite de l'ouvrage "Voyage en Arabie" de Carsten Niebuhr,
édition française de 1776
(collection personnelle).

***/***

Enfin le 14e de Mai (1761) nous jetâmes l'ancre près de St. Eustache, à 1 lieue et 1/2 O (+- 6km). de Marseille ; et nous trouvâmes ici des vaisseaux de guerre espagnols, hollandais, suédois, et de Malte. Le port de Marseille  était plein de vaisseaux marchands, tant français, qui n’osaient plus se hasarder à mettre en mer, à cause de la guerre entre la France et l’Angleterre, que d’autres nations neutres, qui faisaient alors le commerce français du Levant et de la Barbarie, ou qui y prêtaient du moins leurs vaisseaux. Il y avait encore ici une frégate anglaise, qui avait conduit à Marseille des prisonniers de guerre français. Nous passâmes vers le soir dans la ville, et nous eûmes le plaisir d’y retrouver notre Compagnon de voyage Monsieur de Haven, qui avait quitté le vaisseau à Helsingör le 17e de Février, et s’était rendu à Marseille par terre, en traversant l’Allemagne et la France.

Le séjour de Marseille nous parut charmant, surtout après une si longue traversée . Nous eûmes soin de visiter les librairies; les cabinets de curiosités naturelles, tant des principaux Amateurs, que de ceux, qui rassemblent toute forte d’insectes de mer, et les revendent à un prix raisonnable aux Amateurs ; ceux, qui dans ces contrées pêchent et font travailler du corail rouge; mais surtout les deux célèbres Jésuites Monsieur  Pezenas et Monsieur la Grange, qui avaient un bon Observatoire, pourvu entre autres des meilleurs instruments anglais: et partout nous fûmes reçus de la manière la plus polie. Il serait superflu de parler ici du commerce étendu, qui se fait de Marseille  au Levant, de la situation de cette ville, de son port, de ses fortifications, de la multitude et de la beauté de ses jardins, et d’autres choses semblables ; vu que tout cela a été décrit plus amplement, qu’on  ne pourrait l’attendre de ma part. Cependant Monsieur Baurenfeind ayant dessiné à St. Eustache la vue de Marseille avant que nous en partîmes, et ne me rappelant pas d’en avoir vu le dessein ailleurs;  je l'ai fait graver sur la 11e Planche.

***/***


Courte description extraite du Grand dictionnaire de Louis Moreri de 1725. - Trente-cinq ans plus tard, la physionomie de la ville n'était sans doute pas très différente.

***/*** Cette ville est aujourd'hui des plus grandes, des plus belles, et des mieux peuplées de l'univers, depuis qu'elle a été agrandie par ordre de Louis XIV. Son beau cours, son port, ses maisons propres & magnifiques, le grand nombre d'églises, de monastères, de séminaires, d'hôpitaux, de places, de fontaines, etc. y surprenant les étrangers, qui voient avec plaisir aux environs plus de vingt mille maisons de campagne, que ceux du pays nomment Bastides. La peste, qui fut apportée dans cette ville par un vaisseau venu du Levant, y fit périr près de quatre-vingt mille personnes en 1720. & 1721.

***/***






Marseille en 1761 - Les 2 personnages au premier plan représente sans doute soit le dessinateur lui-même (Georg Wilhelm Baurenfeind) soit ses confrères (Carsten Niebuhr, Pehr Forsskål. ....).
L'auteur indique qu'ils sont en ce lieu dans la commune de St Eustache (dont l’appellation a disparu) à environ 6 km à l'ouest de Marseille, ce qui semble correspondre à l'extrémité de l'Estaque. A remarquer la présence de l'ancien fort, là où est aujourd'hui situé la Basilique de Notre Dame de la Garde. Les petites maisons répartie sur la gauche, doivent correspondre aux bastides signalées par Louis Moreri en 1725
On remarque aussi que le gros navire anglais sur la gauche est en train de tirer au canon vers les 2 autres bateaux de même envergure, au centre.

Pour voir les détails de cette gravure utilisez la fonction zoom

 

 

 

 

Haut de page

Les textes ont été transcrits et les gravures corrigées des défauts d'impression et de vieillissement.
Tout le contenu de la page est donc sous Copyright

droits déposés
Dépôt de Copyright contre toute utilisation commerciale
des photographies, textes et/ou reproductions publiées sur ce site
Voir explications sur la page "Accueil"

Plan de site Recherches Qualité Liens e-mail